•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des solutions proposées à la Grande rencontre sur la pénurie de main-d’œuvre du Bloc

Chargement de l’image

Les députés Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe étaient accompagnés de collègues du Bloc québécois pour cette Grande rencontre sur la pénurie de main-d'oeuvre.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Radio-Canada

Une centaine d'entrepreneurs, de travailleurs et d'élus du Saguenay-Lac-Saint-Jean se sont rassemblés à Alma lundi matin à l'occasion de la Grande rencontre sur la pénurie de main-d'œuvre.

L'événement était organisé par les deux députés du Bloc québécois (BQ) dans la région, Mario Simard et Alexis Brunelle-Duceppe. Le chef du parti, Yves-François Blanchet, assistait aussi à la rencontre.

Chargement de l’image

Le chef du Bloc québécois a pris la parole devant les participants.

Photo : Radio-Canada / Andréanne Larouche

Les échanges ont permis de cibler des pistes de solution pour pallier le manque de personnel sur le marché du travail. La main-d’œuvre étrangère et le recours aux retraités étaient évidemment au cœur des discussions.

L’un des panels de discussion était consacré aux secteurs agricoles et alimentaires. Le directeur de la Fromagerie Saint-Laurent, Dave Saint-Laurent, était parmi les invités. Comme d’autres, il essaie d’embaucher des travailleurs étrangers, mais se bute à des délais longs et incontrôlables.

« Ça fait plus de deux ans qu’on attend certains travailleurs. Je me fiais sur leur présence pour faire certains contrats, mais ils n’arrivent pas. On ne sait pas quand ils pourront arriver. »

— Une citation de  Dave Saint-Laurent, directeur, Fromagerie Saint-Laurent
Chargement de l’image

Dave Saint-Laurent, le directeur de la Fromagerie du même nom , trouve que les démarches pour faire venir des travailleurs étrangers sont anormalement longues.

Photo : Radio-Canada

Comme pistes de solution, il suggère bien sûr de rendre la démarche moins lourde, mais il propose aussi d’éliminer l’impôt sur le temps supplémentaire. En faisant ça, on aurait beaucoup plus d’employés qui désireraient faire des heures supplémentaires et ça mettrait au moins un baume sur la plaie de la pénurie de main-d’œuvre pour le moment, explique-t-il.

Des intervenants du milieu touristique, du secteur de la construction, des commerçants, des gestionnaires de PME et de plus grandes entreprises ont aussi participé à l’activité et fait valeur leurs points de vue.

« Je pense qu’il y a de belles choses qui sont ressorties de tout ça. »

— Une citation de  Alexis Brunelle-Duceppe, député du BQ dans Lac-Saint-Jean

L’équipe du Bloc québécois s’attellera maintenant à concevoir un document qui résumera l’essentiel des discussions et des pistes de solution proposées.

D'après les informations d'Andréanne Larouche

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !