•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

17 ans de prison contre Brady Robertson pour l’accident qui a décimé une famille

Il pourrait s'agir d'une nouvelle jurisprudence en Ontario pour la consommation de cannabis au volant.

Chargement de l’image

Brady Robertson avait été arrêté sur son lit d'hôpital le 24 juin 2020, soit 6 jours après l'accident mortel.

Photo : Facebook

Chargement de l’image

À Brampton, Brady Robertson a été condamné lundi à 17 ans de prison relativement à l'accident qui a tué Karolina Ciasullo et ses 3 filles en juin 2020 à Caledon. Le procès avait montré que l'individu avait un taux de cannabis huit fois plus élevé dans le sang que la limite permise.

Brady Robertson avait plaidé coupable, il y a un an, de quatre accusations de conduite dangereuse ayant causé la mort, mais non coupable de quatre autres accusations de conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort.

Il avait soumis un recours constitutionnel au sujet des quatre dernières accusations pour lesquelles il avait finalement été reconnu coupable cet hiver après sa défaite à ce sujet durant les plaidoiries subséquentes à une reconnaissance de culpabilité.

Chargement de l’image

Karolina Ciasullo et ses trois filles, Klara, Lilianna et Mila, ont été tuées lorsque leur VUS a été percuté par le véhicule de Brady Robertson le 18 juin 2020.

Photo : GoFundMe

La Couronne avait réclamé une peine sans précédent de 23 ans de prison sans droit de libération conditionnelle avant 10 ans.

La défense avait pour sa part demandé une peine de 7 ans ferme, lors des audiences sur la détermination de la peine.

Une sentence appropriée

Dans sa décision, la juge Sandra Caponecchia, de la Cour de justice de l'Ontario, explique que le châtiment est juste et approprié et que la collision mortelle du 18 juin 2020 aurait pu être évitée, parce qu'il ne s'agissait pas d'un simple accident.

Ce serait un euphémisme que de dire que la mort d'une mère et de ses enfants a eu un impact monumental sur sa famille, dit-elle en qualifiant de cavalière sa conduite automobile au regard de la loi.

Le procès avait démontré que l'individu roulait à 130 km/h au volant de son Infiniti G35 dans une zone de 60 km/h et qu'il fuyait un policier qui le suivait pour l'arrêter.

Chargement de l’image

La juge Sandra Caponecchia et, en mortaise, une photo de l'accusé prise à l'hôpital après l'accident du 18 juin 2020.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies/CBC News

La magistrate ajoute que Brady Robertson n'a jamais été dissuadé par les sanctions précédentes qu'il avait reçues pour sa conduite au volant.

Un autre accident survenu à peine deux jours plus tôt avant la tragédie ne lui a même pas servi d'avertissement comme on s'y serait attendu, se désole-t-elle.

Elle a d'ailleurs tenu compte de nombreux facteurs aggravants, comme les infractions précédentes de l'accusé au Code de la route et sa consommation de drogue au volant.

Brady Robertson a parié sur la vie d'autrui, poursuit-elle.

Chargement de l’image

Les témoins oculaires, Sandeep Singh (à gauche) et Kuljit Kaur, avaient témoigné pour la Couronne au procès de Brady Robertson.

Photo : Radio-Canada / Pam Davies/CBC News

La juge a en outre retenu quelques facteurs atténuants, comme son enfance difficile, sa reconnaissance partielle de culpabilité et ses remords, qu'elle a qualifiés de sincères.

Brady Robertson sera admissible à la libération conditionnelle après avoir purgé le tiers de sa peine, comme le prévoit la loi, soit dans 5 ans et demi.

La magistrate a donc refusé de lui accorder une libération conditionnelle dans 10 ans comme le demandait la Couronne. Il n'est pas nécessaire de le punir davantage, conclut-elle en précisant qu'il n'est pas garanti qu'il soit libéré d'ici là.

Il sera interdit à l'individu de conduire un véhicule motorisé durant 20 ans à sa sortie de prison. En vertu du temps qu'il a passé en détention préventive depuis son arrestation, il ne lui restera plus qu'à purger une peine de 14 ans et deux mois de prison.

Des réactions accablantes

La famille de la victime était toujours inconsolable et visiblement très contrariée par la sentence de ce matin. La sœur de Karolina Ciasullo, Anna Martin, a qualifié la peine de terrible et d'insupportable, en sortant du palais de justice.

Même si le Canada est un beau et grand pays, je suis par-dessus tout dégoûtée par notre système judiciaire et déçue qu'un individu qui a fauché quatre vies obtienne un châtiment aussi clément, dit-elle.

Chargement de l’image

Anna Martin, la sœur de Karolina Ciasullo, répond aux questions de la presse à côté de sa mère à la sortie du tribunal de Brampton.

Photo : Radio-Canada / Chris Mulligan

Mme Martin ajoute que sa famille est anéantie et qu'elle ne se remettra jamais de la mort de sa sœur et de ses trois nièces. Nous sommes en deuil pour l'éternité, précise-t-elle.

Elle accuse Brady Robertson de ne leur avoir offert aucun remords, ni aucune excuse honnête pour son geste. Cette peine, même s'il s'agit de la pire jamais infligée au pays, ne nous apporte aucune consolation, poursuit-elle, entourée des membres de sa famille.

Il n'a jamais connu l'amour dans son enfance, il ne pourra donc jamais comprendre notre amour et le désarroi dans lequel il nous a plongés, conclut Mme Martin.

Chargement de l’image

Connie Ciasullo, la sœur du père éploré qui a perdu sa femme et ses trois filles dans la tragédie.

Photo : Radio-Canada / Chris Mulligan

La belle-sœur de Karolina Ciasullo affirme que la sentence est une gifle au visage. Il lui reste 14 ans à faire, cela ne représente que trois ans et demi pour chacune des victimes, souligne Connie Ciasullo.

Elle ajoute que son frère, Michael Ciasullo, ne se remettra jamais de la mort de sa femme et de ses filles. Il ne sera plus jamais l'homme qu'il était, déclare-t-elle.

Il est grand temps que nos gouvernements soient plus sévères, déclare-t-elle.

Chargement de l’image

Jennifer Neville-Lake a perdu son père et ses trois enfants dans un accident causé par l'alcool au volant.

Photo : Radio-Canada / Chris Mulligan

Jennifer Neville-Lake connaît la peine des deux familles éplorées, elle qui a perdu ses trois enfants et son père dans un accident relativement semblable en 2015 à Vaughan.

Marco Muzzo, l'individu responsable de leur mort, avait écopé de 10 ans de prison. La jurisprudence entourant son cas a d'ailleurs été énoncée lors de l'audience sur la détermination de la peine de Brady Robertson.

Mme Neville-Lake, qui fait campagne aujourd'hui pour la responsabilisation des conducteurs et contre l'alcool au volant, était présente au tribunal pour soutenir la famille Ciasullo.

Je suis contente que la juge ait utilisé tous les outils à sa disposition dans la loi pour infliger un châtiment plus raisonnable [que celui imposé à Muzzo, NDLR], c'est un pas dans la bonne direction, conclut-elle.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.