•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le CIUSSS accusé de nuire à la liberté de presse et au droit à l’information

Un homme utilise un téléphone et un ordinateur portable.

La FPJQ dénonce le CIUSSS et l'accuse de nuire au travail des médias.

Photo : Getty Images

Radio-Canada

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) accuse le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean d’avoir entravé le droit à l’information lors d’une récente rencontre à laquelle la population était conviée.

Lors de cette séance d’information au sujet du controversé projet de stationnement à étages situé près de l’hôpital de Chicoutimi, le CIUSSS a exigé qu’aucune caméra ne filme la rencontre et qu’aucun extrait sonore ne soit enregistré. L’organisation a cependant elle-même pris des images de la séance avec son propre équipement.

De plus, la FPJQ déplore que les plans préliminaires du projet n’aient été transmis aux médias que le lendemain de la rencontre, alors qu’ils avaient déjà été présentés aux citoyens.

« Le CIUSSS doit comprendre que les journalistes sont les yeux et la voix du public. Ils sont là pour informer tous ceux qui ne peuvent pas se déplacer pour participer à la vie citoyenne, ils sont là pour poser des questions sans complaisance. Ils contribuent ainsi à ce que le public soit mieux informé. »

— Une citation de  Michael Nguyen, président, FPJQ

Dans un communiqué, le vice-président régional de la Fédération, Roby St-Gelais, ajoute que c’est d’autant plus préoccupant [parce que] ce projet aura des répercussions importantes sur la vie des citoyens ainsi que sur leur environnement.

La FPJQ espère que le CIUSSS prendra acte de ces reproches et ajustera rapidement ses pratiques pour le bien du public.

Pour faciliter la prise de parole

Visé par la FPJQ en matinée pour son manque de transparence, le CIUSSS a délégué la firme qui a organisé l'événement pour répondre aux médias.

Par courriel, Mélissa Bradette, conseillère cadre aux communications et relations médias au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean, a expliqué qu'une firme avait été engagée pour mener le processus de consultation.

Par souci d’impartialité dans cette démarche et s’assurer de la prise en compte des attentes et des préoccupations de la population, le CIUSSS s’est adjoint des services de la firme Transfert Environnement et Société pour l’accompagner dans le processus de consultation entourant le projet de stationnement à l’Hôpital de Chicoutimi. La décision de restreindre l’accès aux caméras des médias a été prise sous la recommandation de la firme consultante, a mentionné Mélissa Bradette, conseillère cadre aux communications et relations médias au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Selon le directeur général de Transfert Environnement et Société, Louis-Michel Tremblay, son entreprise a pris bonne note des critiques formulées par la FPJQ. D'après lui, des rencontres du genre tenues ailleurs n'avaient pas soulevé de controverse.

Il a expliqué que le but de l'exercice est de créer un climat où les gens sont à l'aise de s'exprimer, ce qui selon lui n'est pas possible avec la présence de caméras de télévision.

L’objectif c’est qu’il y ait le plus de monde possible qui s’exprime. Donc, si pour des gens il y a un petit malaise à s’exprimer devant les médias, bien c’est pour ça qu’on va faire vraiment une rencontre où les médias sont présents, mais ils ne sont pas nécessairement là pour enregistrer les propos directement, a-t-il expliqué, en précisant qu’il était cependant possible de prendre des photos.

Louis-Michel Tremblay a cependant renvoyé la balle au CIUSSS concernant la diffusion des esquisses du stationnement. Les images ont été seulement envoyées le lendemain aux médias.

Avec des informations de Vicky Boutin et Pascal Girard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !