•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SAQ hausse des prix pour la deuxième fois en six mois

Un homme dont le bras est tatoué scanne une bouteille d'alcool à la caisse.

Pas moins de 2550 produits sont visés par la hausse de prix qui entrera en vigueur le 22 mai.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

Radio-Canada

Pour la deuxième fois en moins d’un an, la Société des alcools du Québec (SAQ) annonce une augmentation de prix, cette fois de 3,7 %, en moyenne, sur 2550 produits.

La hausse se fera sur deux temps : les prix d’une majorité de produits visés augmenteront le 22 mai, mais ceux de 80 produits augmenteront seulement le 17 juillet.

Plus de la moitié des hausses de prix concerne les produits de spécialité, principalement offerts dans l'Espace Cellier, peut-on lire dans un communiqué publié lundi matin. Pas moins de 1328 subiront une hausse de prix de 3,3 %.

Il y aura cependant des baisses de prix pour 182 produits, dont 157 visant des produits de spécialité. Les prix de 606 produits resteront stables.

Il s'agit de la deuxième augmentation de prix en six mois à la SAQ. Au début du mois de novembre dernier, elle avait annoncé qu'elle procéderait à une hausse de prix moyenne de 1,66 % sur 1332 produits, la plupart dans les jours suivants, bien que les prix d'une cinquantaine d'entre eux n'aient été relevés qu'à la fin du mois de janvier dernier.

Transports, pénuries de personnel et conditions climatiques

La SAQ explique ces hausses de prix par plusieurs facteurs. Premièrement, la hausse des coûts de transport maritime et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement ajoutent une pression sur les coûts de la SAQ.

Deuxièmement, les coûts de production des fournisseurs ont augmenté dans les derniers mois. En plus de la pénurie de main-d'œuvre, des pénuries liées aux matières sèches (bouteilles, bouchons, étiquette, etc.), des items essentiels à l’embouteillage et au transport des produits, mettent une pression importante sur les prix.

Troisièmement, les conditions climatiques défavorables de 2021 affectent toujours l’offre de produits de certaines régions viticoles. C’est le cas du Beaujolais et de la Bourgogne.

Enfin, le gouvernement du Canada a augmenté le 1er avril dernier les taux des droits d’accise sur les boissons alcooliques. Pour le vin, une augmentation de 2,4 % a été appliquée.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !