•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fini les masques dans les écoles et le transport scolaire dans la province

Une boîte de masques et des lingettes désinfectantes sur un meuble dans une classe.

Le reportage d'Amélie Desmarais

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Chargement de l’image

La levée du port du masque obligatoire dans les lieux publics au Québec fait de nouveaux heureux, lundi matin. Élèves et enseignants ne sont plus tenus de le porter dans leurs déplacements ou dans le transport scolaire, alors que les cours reprennent.

Il y en a que je n’ai pas beaucoup vu leur visage étant donné les mesures sanitaires, donc j’ai très hâte de voir leurs beaux sourires ce matin, indique avec fébrilité Anne-Marie Legendre, enseignante de 6e année au pavillon Beau-Soleil de l’École de Pointe-du-Lac, à Trois-Rivières.

D’enseigner à des visages qui sourient, avec des expressions faciales, […] j’ai très hâte, dit celle qui avait souvent l’impression de parler à des robots, alors qu’elle ne voyait que les yeux de ses écoliers.

Le gouvernement avait déjà mis fin à l’obligation de porter un masque en classe le 7 mars dernier. Le dernier assouplissement des mesures sanitaires permettra au milieu scolaire de terminer l’année dans un contexte de normalité — graduellement retrouvée.

Chargement de l’image

Le port du masque n'est plus obligatoire dans le transport scolaire. (Archives)

Photo : CBC/Francis Ferland

Cette obligation devient donc un choix, ce que Mme Legendre s’est bien assurée de faire comprendre à ses élèves. Un petit peu comme la vaccination aussi, à l’époque où on parlait beaucoup de ça, ce que je leur ai mentionné, c’est qu’il fallait respecter autant ceux et celles qui désirent le porter et les autres aussi qui veulent l’enlever.

D’ailleurs, les établissements disposent toujours de masques pour ceux qui désirent en porter.

Le directeur général du Centre de services scolaire (CSS) de la Riveraine, Pascal Blondin, rappelle toutefois que le masque reste obligatoire pendant les cinq jours suivant la période d’isolement d’un élève qui a contracté la COVID-19 et pendant dix jours après un contact avec un cas positif.

Autrement, toutes les mesures tombent à partir de ce matin, ajoute-t-il. Le ministère demande tout de même aux établissements de maintenir le nettoyage et la désinfection des lieux jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Un soulagement

Pascal Blondin s’est rendu dans des classes la semaine dernière pour prendre le pouls des élèves en vue de cette nouvelle réalité.

Autant les plus vieux de l’École secondaire Jean-Nicolet que les plus jeunes de l’École Beauséjour de Saint-Grégoire, à Bécancour, étaient ravis par ce qui les attendait, raconte le directeur général du CSS de la Riveraine.

« Ils étaient bien heureux. Ce n’était pas quelque chose qui les a bousculés beaucoup non plus. Moi, je les admire. Ils font preuve de grande résilience. Des fois, on sous-estime la capacité même des plus jeunes à faire face à l’adversité. »

— Une citation de  Pascal Blondin, directeur général du Centre de services scolaire de la Riveraine

Les profs et les autres membres du personnel, tout le monde est content de revenir à une certaine normalité, on va en profiter. Et en espérant que ça se poursuive, qu’on ne doive pas refaire un pas en arrière, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !