•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Interventions chirurgicales : les listes d’attentes en N.-É. de plus en plus longues

Chargement de l’image

Le Dr Greg Hirsch garde sa liste de patients en attente d'une opération au coeur sur son bureau pour pouvoir appeler dès qu'une place se libère dans une salle d'opération.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un cardiologue de la Nouvelle-Écosse affirme que les temps d'attente pour les opérations risquent d'augmenter, car les médecins commencent à diagnostiquer davantage de patients atteints de maladies qui ont considérablement progressé pendant la pandémie.

Vendredi, Santé Nouvelle-Écosse a annoncé qu'il y avait 26 300 Néo-Écossais sur une liste d'attente pour une intervention chirurgicale dans la province.

C'est une légère baisse par rapport à une mise à jour de mars, mais le Dr Greg Hirsch dit que ce nombre ne reflète pas le besoin chirurgical réel de la province.

Je m'attends à ce que les chiffres augmentent avant de baisser, dit-il.

« Les gens attendent trop longtemps pour leurs procédures et ça peut avoir un impact négatif sur leurs résultats. »

— Une citation de  Dr Greg Hirsch, cardiologue

À son avis, certains patients ont été réticents à se faire soigner, alors que d'autres ont eu du mal à se faire voir par un professionnel de la santé à cause des hôpitaux surpeuplés et du manque de personnel.

Le cardiologue rappelle que les patients doivent informer leurs chirurgiens de tous changements dans leur état de santé.

s'ils remarquent que les symptômes s'aggravent, il faut contacter les bureaux de votre chirurgien si vous êtes sur une liste d'attente.

C’est la seule manière de savoir si un patient doit être placé plus haut sur la liste.

Même avant la pandémie, la Nouvelle-Écosse était aux prises avec de longues listes d’attente. En février 2020, il y avait 24 500 personnes qui attendaient pour une opération chirurgicale.

Zones plus affectées

Le Dr Greg Hirsch travaille en cardiologie au Centre des Sciences de la Santé Queen Elizabeth II (QEII) à Halifax, où les retards commencent à se résorber.

D'autres zones, comme celle de l’ouest de la province, sont nettement pires qu'il y a un mois, affirme-t-il.

Des problèmes tels que le manque de lits et de personnel entraînent toujours le report des opérations. Parfois les procédures doivent être annulées quelques minutes avant leur début.

C'est brutal pour le patient, pour la famille et pour moi, lance le Dr Hirsch.

On dit souvent aux personnes qui attendent d'être opérées de consulter le site internet de la province sur les temps d'attente, mais ces informations ne sont pas toujours à jour.

Des chirurgiens dépassés

Le Dr Hirsch a une liste de ses patients qui ont besoin d’une intervention chirurgicale au coeur sur une feuille dans son bureau. Il dit qu'il ne sait pas quand il pourra traiter ceux qui ne sont pas parmi les cinq premiers.

Les chirurgiens que je connais sont en détresse et veulent faire un meilleur travail et ne savent pas quoi faire, exprime-t-il.

Par contre, il ajoute que pour la première fois de sa carrière, toutes les personnes impliquées dans le système de santé sont sur la même longueur d'onde et motivées pour faire bouger les choses.

Tout le monde est prêt et l'argent est là, dit-il.

Je n'ai jamais vu autant d'alignement entre le gouvernement, la haute direction et les gens de première ligne.

Il témoigne des efforts pour former plus de personnel pour aider ceux qui sont surchargés, mais il reconnaît que recruter de nouvelles personnes prend du temps.

Avec les informations de Carolyn Ray de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !