•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grippe aviaire : un refuge ferme son centre d’accueil sur l’île de Vancouver

Chargement de l’image

John Turner travaille au centre de protection de la faune aviaire.

Photo :  Société de protection de la faune aviaire Mountainaire

Radio-Canada

En raison de la grippe aviaire en Colombie-Britannique, un refuge pour oiseaux sur l’île de Vancouver ferme son centre d'accueil à partir de lundi.

La Société de protection de la faune aviaire Mountainaire (MARS), située à Merville, veut éviter tout risque de propagation de la maladie parmi les oiseaux dont elle s'occupe, dont des aigles, des hiboux et des corbeaux blancs.

La décision a été prise après la découverte du virus H5N1 dans un petit élevage de volaille dans la vallée de Comox la semaine dernière.

Il s'agit du huitième élevage touché dans la province depuis le 13 avril.

Le refuge dit fermer son centre d'accueil pour empêcher qu’un visiteur transmette le virus à travers ses chaussures, ses habits ou son véhicule.

C’est une décision difficile, car nous avons besoin [des recettes] du centre d’accueil pour financer la réhabilitation de la faune, mais nous sommes obligés de protéger nos oiseaux , explique Gylaine Andersen, la responsable de la réhabilitation de la faune au centre.

Les espèces que nous gardons de façon permanente sont plus susceptibles de contracter la grippe aviaire, ajoute Mme Andersen. Elles ont plus de chances d’avoir des symptômes plus graves et d’être plus à risque de mourir de la grippe aviaire que d’autres espèces.

La fermeture intervient à un moment de l’année qui attire un grand nombre de visiteurs. Le centre craint une perte de revenus importante qui ne peut être comblée sans des dons.

Des cas de grippe aviaire ont été répertoriés dans d’autres provinces, mais aucune infection n’a été détectée chez les humains.

D'après les informations d'Akshay Kulkarni

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !