•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections provinciales : Méganne Perry Mélançon officiellement candidate dans Gaspé

Chargement de l’image

La députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, va solliciter un autre mandat au prochain scrutin provincial, en octobre.

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

Radio-Canada

La députée péquiste de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, tentera officiellement de se faire réélire aux élections générales du 3 octobre. Son assemblée d'investiture, organisée à Sainte-Anne-des-Monts dimanche matin, a rassemblé une poignée de militants et de représentants du Parti québécois (PQ).

La principale intéressée, qui a ensuite pris la route en direction de Gaspé pour une deuxième assemblée similaire, avait déjà fait connaître ses intentions en mars dernier. Mme Perry Mélançon dit vouloir poursuivre son travail lors d’un second mandat et espère obtenir de nouveau la faveur des électeurs.

« Je connais bien les réalités de la région. En quatre ans, on a fait le tour des dossiers. Plusieurs projets sont sur la table; je travaille déjà avec les groupes sur place. »

— Une citation de  Méganne Perry Mélançon, députée de Gaspé et candidate du Parti québécois

Denise Lapointe, une militante du PQ, aimerait que cette formation politique reprenne [de la] force avec Méganne Perry Mélançon dans ses rangs. On aimerait bien la garder, parce que changer au bout de quatre ans, ce n’est pas vraiment évident, commente-t-elle.

Chargement de l’image

Denise Lapointe est venue encourager Méganne Perry Mélançon lors de son investiture à Sainte-Anne-des-Monts.

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

En plus du chef du PQ, Paul St-Pierre Plamondon, de passage dans la région, plusieurs élus péquistes ont assisté à cet événement. C’est notamment le cas du député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, qui a parlé de sa collègue avec beaucoup d’admiration.

« Elle est l’incarnation de la Gaspésie de l’avenir. Combative et audacieuse, elle a beaucoup à offrir, et je suis très heureux qu’elle veuille faire un deuxième mandat. »

— Une citation de  Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

En 2018, la députée n'avait pas eu la victoire facile, puisqu'elle avait devancé son adverse libéral Alexandre Boulay avec seulement 41 voix. Un recomptage avait d'ailleurs été effectué.

Chargement de l’image

De gauche à droite : Joël Arseneau, Méganne Perry Mélançon, Paul St-Pierre-Plamondon et Pascal Bérubé

Photo : Radio-Canada / Perrine Bullant

Cette fois-ci, elle compte sur son expérience pour rassurer l'électorat. Méganne Perry Mélançon entamera d’ailleurs sa campagne dès lundi à Gaspé avec une première annonce qui portera sur le développement régional.

Proposition sur le prix de l’essence

Dimanche, le PQ a médiatisé une proposition au sujet du prix de l'essence en marge de l’assemblée d’investiture de Méganne Perry Mélançon, et ce, dans la foulée de la hausse historique des prix à la pompe.

Dans plusieurs villes de l'Est-du-Québec, le prix du litre a récemment franchi la barre des deux dollars.

Le leader péquiste suggère de s'inspirer de ce qui se fait en France et de faire adopter une loi pour bloquer temporairement le prix de l'essence à un maximum de 1,60 dollar le litre.

Chargement de l’image

Le chef du Parti québécois, Paul Saint-Pierre Plamondon, était de passage dans les studios de Radio-Canada samedi (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Rail-Laplante

Selon le Parti québécois, il serait ainsi possible de limiter le prix à la pompe lors de situations d’urgence, comme c’est le cas actuellement avec la guerre en Ukraine et l'inflation post-pandémie.

« Ça se fait ailleurs. Il n'y a pas de raison de laisser les familles québécoises s'appauvrir pour enrichir des multinationales pétrolières sans scrupules. On n'a pas de raisons d'accepter ça. »

— Une citation de  Paul Saint-Pierre Plamondon, chef du Parti québécois

Cette mesure permettrait, selon le PQ, de remettre environ 40 cents par litre dans les poches des consommateurs puisque la différence serait à la charge des producteurs.

Dans un communiqué acheminé aux médias dimanche, la formation politique a aussi réitéré l’importance de mettre sur pied le Bureau québécois de la concurrence pour enquêter et infliger des sanctions pénales aux pétrolières qui œuvrent dans des pratiques de type cartel.

D'après le reportage de Perrine Bullant

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !