•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le PQ fera tout pour conserver la circonscription de Jonquière

Même si le député Sylvain Gaudreault a annoncé dès le début du mois de mars qu'il ne tentera pas d'être réélu, on ignore toujours qui se présentera sous la bannière péquiste dans Jonquière à l'occasion du prochain scrutin provincial.

Chargement de l’image

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon.

Photo : Radio-Canada / Jean-Luc Blanchet

Radio-Canada

Le chef du Parti québécois a dévoilé à Radio-Canada qu'il sera bientôt au Saguenay-Lac-Saint-Jean pour des annonces, sans toutefois divulguer de date. Il a assuré qu'il n'y aura pas de parachutage dans la circonscription de Jonquière.

Paul St-Pierre Plamondon assure que les péquistes feront des pieds et des mains pour conserver la poignée de circonscriptions qu'ils contrôlent déjà.

On pense qu’on va créer une surprise grâce au caractère vrai et authentique chez nos gens au Parti québécois, mentionne-t-il en entrevue en assurant qu’il sera souvent au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans les prochaines semaines pour faire des annonces de candidats.

Il a ajouté qu'il y aura un processus d'investiture en bonne et due forme pour Jonquière. Paul St-Pierre Plamondon a écorché au passage les élus de la Coalition avenir Québec (CAQ).

Tous les comtés qui sont défendus par le Parti québécois obtiennent beaucoup plus d’attention parce que nos députés sont vocaux. Ils sont sur le terrain à la défense de leurs gens. Ils ne se cachent pas alors que dans plusieurs régions du Québec, on constate que les députés de la CAQ sont fantomatiques.

Bloquer le prix du carburant

Le chef du Parti québécois exige que le gouvernement Legault agisse pour donner un peu d'air frais aux consommateurs qui doivent composer avec une inflation galopante.

Alors qu’il était en déplacement en Gaspésie, Paul St-Pierre Plamondon souhaite faire adopter une loi pour bloquer temporairement le prix du litre à la pompe à 1,60 $.

On l’a vu dans des pays européens, comme la France, la Belgique ou encore l’Espagne. Ils sont tous en train de se doter d’un mécanisme ou lorsqu’il y a urgence et que c’est démontré que ce sont des profits excessifs, le gouvernement peut par décret mettre un plafond.

Le premier ministre François Legault avait indiqué au début du mois ne pas vouloir geler la taxe sur le carburant. Le prix de l'essence à la pompe a atteint des sommets partout dans la province en dépassant le 2 $ le litre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !