•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec solidaire choisit ses trois candidats de la région en vue des prochaines élections

Chargement de l’image

Les candidats Benjamin Gingras (Abitibi-Est), Émilise Lessard-Therrien (Rouyn-Noranda–Témiscamingue) et Alexis Lapierre (Abitibi-Ouest) en compagnie du porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Chargement de l’image

Québec solidaire est bien en selle en vue de la prochaine campagne électorale en Abitibi-Témiscamingue.

Les militants du parti ont investi les trois candidats de la région au cours de la fin de semaine. Samedi, à Rouyn-Noranda, la députée Émilise Lessard-Therrien, puis, à La Sarre, le candidat Alexis Lapierre ont été choisis pour représenter respectivement les circonscriptions de Rouyn-Noranda–Témiscamingue et d’Abitibi-Ouest. Dimanche, à Val-d’Or, Benjamin Gingras a été choisi pour représenter le comté d'Abitibi-Est.

Présent à ces trois investitures, le co-porte-parole de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois a d’abord rappelé dimanche l’importance que revêt la région pour son parti.

Quand Émilise Lessard-Therrien a fait son entrée à l’Assemblée nationale, avec sa victoire dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue, ça a fait la démonstration à tous ceux qui en doutaient encore que Québec solidaire est un parti qui est implanté partout, qu’on a des solidaires dans la région prêts à défendre les enjeux qui sont ceux de l’Abitibi-Témiscamingue, a-t-il affirmé.

Chargement de l’image

Gabriel Nadeau-Dubois, de Québec solidaire, était de passage à Val-d'Or.

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Gabriel Nadeau-Dubois a aussi dit que ces nouveaux candidats défendront les intérêts de la région avec vigueur, comme le fait la députée Émilise Lessard-Therrien depuis 2018.

Je pense qu'Émilise a fait la démonstration que les solidaires se battent avec conviction, avec fougue et de manière rafraîchissante pour leur monde, pour leur région. Beaucoup de gens en Abitibi-Témiscamingue se sont tournés vers Émilise, même à l'extérieur de sa circonscription, pour faire avancer leurs causes, leurs enjeux, parce que les députés de la CAQ étaient plus intéressés à défendre François Legault en Abitibi-Témiscamingue qu’à défendre l’Abitibi-Témiscamingue auprès de François Legault, a insisté le co-porte-parole de Québec solidaire.

Prête pour un second mandat

Chargement de l’image

La députée sortante et candidate de Québec solidaire dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue, Émilise Lessard-Therrien

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Les services de garde, le logement, la pénurie de main-d’œuvre et surtout la santé sont au cœur des questions qu'Émilise Lessard-Therrien entend défendre dans Rouyn-Noranda–Témiscamingue si elle est réélue le 3 octobre prochain.

La santé va rester un de mes dossiers prioritaires, parce que la situation depuis 2018 n’a fait que se dégrader. Il y a un an et demi, on était à moins 250 infirmières, et là, on est à moins 330 infirmières. Ça fait des services qui ne peuvent pas ouvrir dans notre région : le centre de cancérologie en est un exemple à Rouyn-Noranda, a-t-elle dit.

La députée de Rouyn-Noranda–Témiscamingue a aussi fait valoir qu’il n’y avait pas d’avantages à élire des députés au sein du parti au pouvoir. En fait, le parti au pouvoir a carrément nié nos problèmes en Abitibi-Témiscamingue. Ils ont refusé de reconnaître qu’on vit une crise dans le réseau de la santé. Ils ont refusé de reconnaître qu’on vit une crise du logement dans la région. C’est pour ça que moi, je brigue un prochain mandat, et c’est pour ça que je suis très contente aujourd’hui d’être entourée de deux excellents candidats pour défendre les couleurs de Québec solidaire en Abitibi-Est et en Abitibi-Ouest, a-t-elle soutenu.

Itinérance, santé mentale et réconciliation

Chargement de l’image

Benjamin Gingras, candidat de Québec solidaire dans Abitibi-Est

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

Benjamin Gingras se dit profondément attaché à sa région et dit retrouver au sein de Québec solidaire les valeurs de justice sociale qu’il a toujours défendues. Il a d’ailleurs connu Gabriel Nadeau-Dubois lors des manifestations étudiantes de 2012. Il a aussi fait la connaissance du candidat dans Abitibi-Ouest, Alexis Lapierre, lors de ses études en psychologie à l’UQAM.

J’apporte mon expertise en santé mentale. Je pratique comme neuropsychologue, je m’implique dans le domaine de l’itinérance aussi. Je pense que comme député membre d’un gouvernement solidaire, je peux faire partie de la solution, apporter des propositions et mettre en place le projet de société de Québec solidaire, qui s’avère essentiel pour le 21e siècle dans une région comme l’Abitibi-Témiscamingue, avance-t-il.

À la fois allochtone et membre de la nation anichinabé, inscrit à la Première Nation de Timiskaming, il souhaite aussi travailler à la réconciliation des peuples.

Je pense que le fait que j’ai un pied dans les deux communautés, ça me met dans une position unique pour essayer de construire des liens plus harmonieux entre les communautés ici, pour que l’Abitibi-Témiscamingue soit le modèle de vivre ensemble, de cohabitation et de partage de territoire qui va être essentiel pour que le projet de société de Québec solidaire puisse se déployer, croit Benjamin Gingras.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !