•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Immobilier : les principaux partis de l’Ontario s’attaquent à la flambée du marché

Chargement de l’image

Une pancarte à vendre devant une maison à laquelle un drapeau canadien est suspendu.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Radio-Canada

En deux ans, le prix moyen d’une maison a augmenté de 32 % dans le Grand Toronto pour se situer à 1,2 M$ en avril 2022. Or, les Ontariens à la recherche de solutions entendront des propositions similaires de la part des principaux partis durant la campagne électorale.

Thiago Lang, qui a consacré les derniers mois à tenter d'acheter une maison dans le Grand Toronto, espère que le parti qui sera élu aux élections du 2 juin trouvera une manière de rendre l’achat d’une propriété moins ardu.

Nous avons un problème d'offre et de demande. [...] Nous avons toujours plus d'acheteurs avec des prêts hypothécaires préapprouvés et de bons emplois, mais il n'y a pas d'approvisionnement, explique Helga Teitsson, courtière en immobilier pour Re/Max Hallmark Realty, qui a aidé M. Lang pendant ses démarches.

M. Lang et sa femme Graziela Cariello ont un fils de 19 mois. Ils souhaitaient acheter une maison dans le Grand Toronto, mais en raison de la surchauffe du marché, ils ont dû acheter un logement à Barrie, à 100 km au nord de Toronto.

Une maison moyenne de la région du Grand Toronto se vendait 910 290 $ en février 2020, avant le premier confinement de la pandémie. Ce prix a grimpé à plus de 1,2 million de dollars en avril 2022, selon la Chambre immobilière de Toronto (TREB).

Les élections du 2 juin arrivent à grands pas, mais les trois principaux partis politiques proposent presque la même solution.

Le pouvoir d'achat en chute libre

M. Lang affirme avoir passé la plupart de ses derniers week-ends à visiter des propriétés. Il en a visité une quinzaine et a fait cinq offres, certaines d'entre elles à un prix plus élevé que celui qui était affiché.

« Mon agent a dit : "Vous jouez un jeu équitable, mais le marché en ce moment n'est pas juste." »

— Une citation de  Thiago Lang, nouveau propriétaire d'une maison à Barrie

Finalement, la famille de M. Lang a déménagé à Barrie. Ils y ont acheté une maison de trois chambres pour 811 000 $. C’est environ 112 000 $ de plus qu'en décembre dernier. Pour conclure l'affaire, ils ont dû renoncer à certaines conditions. Ils ont aussi accepté d'emménager dans les 16 jours, une demande spéciale du vendeur.

Pour Mme Teitsson, le gouvernement provincial pourrait s'attaquer à certains frais associés à l'achat d'une maison. Les droits de cession immobilière pour les premiers acheteurs sont beaucoup trop élevés, selon elle. Je pense qu'ils ont besoin de remises plus substantielles ou éventuellement de remises liées à leurs revenus, des éléments qui peuvent soutenir les acheteurs.

Une décennie pour régler le problème

Selon l’Institut pour l'IntelliProspérité et l’Association ontarienne des bâtisseurs de logements, il faudra construire un million de nouveaux logements au cours de la prochaine décennie pour répondre à la demande.

Or, les trois principaux partis politiques de l’Ontario proposent tous la construction de 1,5 million de logements en 10 ans. Si les solutions sont identiques jusqu’ici, les libéraux et les néo-démocrates ont été un peu plus précis.

La cheffe du NPD, Andrea Horwath, souhaite atteindre cet objectif en faisant construire des logements pour les nouveaux acheteurs, des logements de location et des logements à loyer abordable en plus d’offrir des prêts hypothécaires pour aider les nouveaux propriétaires.

Pour sa part, le Parti libéral s’est engagé à travailler avec les municipalités pour autoriser la construction de logements à deux ou trois unités pouvant compter jusqu’à deux étages ainsi que de logements secondaires.

Ils nous utilisaient

L’achat à l’aveugle a été un sérieux obstacle pour la famille de M. Lang lors des négociations avec les vendeurs.

« J’en suis convaincu : ils nous utilisaient avant tout pour gonfler le prix. Je crois que si on veut contrôler le marché et avoir un prix équitable pour l’acheteur et pour le vendeur, il faut que ce soit une conversation ouverte. »

— Une citation de  Thiago Lang, nouveau propriétaire d'une maison

Peu avant le déclenchement des élections, le gouvernement Ford a annoncé que la province passera à un système d’enchères plus transparent le 1er avril 2023.

[Il faut] s'assurer que les Ontariens continueront à être en mesure de franchir cette étape importante qu'est l'accès à la propriété, avait alors expliqué le ministre des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs, Ross Romano.

Dès que cette mesure sera en vigueur, les vendeurs ontariens auront le choix : ils pourront mettre une maison en vente à l’aide d’un processus transparent – les offres sont publiques, ce qui permettrait aux courtiers de divulguer la valeur et les conditions d’autres promesses d’achat – ou à l’aveugle.

Les élections provinciales auront lieu le 2 juin.

Avec les informations de CBC, et La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !