•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente de principe entre Unifor et Résolu : 250 salariés touchés dans l’Est-du-Québec

Chargement de l’image

Selon Unifor, près de 250 salariés du secteur des pâtes et papiers de l'Est-du-Québec pourraient être touchés par l'entente de principe qui a été conclue avec Produits forestiers Résolu (archives).

Photo : iStock

Alice Proulx

Près de 250 salariés du secteur des pâtes et papiers de l'Est-du-Québec pourraient être touchés par l'entente de principe qui a été conclue, dans la nuit de samedi à dimanche, entre le syndicat Unifor et l'entreprise Produits forestiers Résolu (PFR).

Cette entente a été conclue dans le contexte de la renégociation du contrat modèle qui, s'il est entériné, servira de base pour tous les employeurs de l'industrie papetière.

« Ce qui va s’appliquer dans ce contrat touche toutes les usines de pâtes et papiers de l’est du Canada. »

— Une citation de  Martin Dugas, représentant national d'Unifor pour le Bas-Saint-Laurent, pour la Gaspésie et pour la Côte-Nord
Chargement de l’image

L’entente avec Résolu touche 700 membres d’Unifor (archives).

Photo : Radio-Canada / Matthew Howard

Dans l'Est-du-Québec, les employés de l'usine F. F. Soucy de Rivière-du-Loup et de l'usine Sappi de Matane ainsi que les quelques employés qui travaillent toujours à l'usine Produits forestiers Résolu de Baie-Comeau, fermée depuis deux ans, seraient concernés par l'approbation de ce contrat.

Nombre de salariés touchés par ce contrat modèle dans l'industrie papetière :

  • Usine F. F. Soucy de Rivière-du-Loup : environ 140
  • Usine Sappi de Matane : environ 100
  • Usine Produits forestiers Résolu de Baie-Comeau : environ 10

Total : environ 250 travailleurs

Source : Martin Dugas, représentant national du syndicat d'Unifor

Il en sera de même pour les travailleurs néo-brunswickois de l'usine AV Cell d'Atholville, située près de Pointe-à-la-Croix.

Réponse favorable attendue

L'entreprise PFR a été choisie comme compagnie cible pour négocier ce document.

Il y a environ un mois, il y a eu une rencontre à Montréal où toutes les sections locales de la foresterie, c’est-à-dire les pâtes et papiers, les scieries et les secteurs forestiers, étaient présents. À partir de ce moment-là, on établissait le document des demandes des membres d’Unifor dans tout l’est du Canada, résume Martin Dugas.

Lorsque le document a été établi, la semaine dernière, on a enclenché les négociations avec la compagnie cible pour le secteur des pâtes et papiers, poursuit-il.

Chargement de l’image

Produits forestiers Résolu est la compagnie cible dans ces négociations (archives).

Photo : Radio-Canada

Le syndicaliste explique que lors du processus d'élaboration du contrat modèle, les avantages financiers des membres ont été abordés et parfois même bonifiés, notamment quant aux salaires, aux avantages sociaux et aux régimes de retraite.

Avec la rareté de la main-d'œuvre, on est rendus au stade où les entreprises se volent les salariés pour pouvoir continuer à faire tourner les usines. […] Il y a aussi le taux d’inflation qui est élevé. […] Tout le monde en subit les conséquences, donc il y a quand même de grandes attentes, affirme-t-il.

« On est persuadés que les gens auront une réponse positive parce que c'est vraiment un beau contrat modèle. »

— Une citation de  Martin Dugas, représentant national d'Unifor pour le Bas-Saint-Laurent, pour la Gaspésie et pour la Côte-Nord

Au cours des prochains jours, les diverses sections locales de l'industrie des pâtes et papiers de PFR iront rencontrer leurs membres pour leur présenter l'entente de principe et passeront au vote. Le résultat devrait être connu le 20 mai.

Selon le représentant d'Unifor, les trois derniers contrats en vigueur avaient été établis pour une période de quatre ans.

D'autres secteurs éventuellement touchés

Martin Dugas ajoute qu'il est possible qu'un nombre plus élevé de travailleurs soient prochainement touchés puisque les secteurs des scieries et de la foresterie se prêteront eux aussi au même exercice de renégociation du contrat modèle.

Chargement de l’image

L'Est-du-Québec compte de nombreuses entreprises actives dans les secteurs des scieries et de la foresterie sur son territoire (archives).

Photo : Radio-Canada / Nelly Albérola

Puisque les gens des scieries et du secteur forestier étaient présents lors de l’établissement de la politique salariale, dans un court laps de temps, le même type d’exercice va être fait avec eux pour établir leur contrat modèle, soutient-il.

Martin Dugas estime toutefois que le contenu du contrat modèle pourrait varier d'un secteur à l'autre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !