•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des manifestants remercient les infirmières et demandent plus de financement en santé

Chargement de l’image

L'anesthésiste retraitée Sue Reid se dit inquiète de voir le financement du système public de santé glisser vers le privé.

Photo : Radio-Canada / Julien Latraverse

Radio-Canada

Environ 200 personnes se sont rassemblées devant l’Assemblée législative de l’Alberta afin de soutenir les infirmières de la province et demander plus de financement pour le système public de santé.

La manifestation tenue à Edmonton, samedi après-midi, faisait écho à des événements semblables organisés à Calgary, Red Deer, Lethbridge et Medicine Hat.

À Edmonton, la présidente du syndicat United Nurses of Alberta, Heather Smith, explique que le premier objectif de l’événement organisé en marge de la Semaine nationale des soins infirmiers était de remercier le personnel infirmier qui s’est investi dans le système de santé tout au long de la pandémie de COVID-19.

Elle ajoute toutefois que les manifestants sont motivés par d’autres raisons, dont ce qu’elle qualifie de privatisation et de sous-financement du système de santé.

Ce dont nous avons besoin, c’est d’argent et de volonté politique afin d’investir dans les soins de santé, soutient Heather Smith. Nous avons besoin d’aller de l’avant avec l’assurance médicaments et de véritables réformes du système de soins de longue durée.

L’anesthésiste à la retraite Sue Reid, qui a travaillé à Edmonton pendant 30 ans, s’est rendue à la manifestation d’Edmonton afin de soutenir les infirmières et défendre le système public de santé.

Elle s’est adressée aux manifestants à titre de membre de Médecins canadiens pour le régime public, un groupe de médecins qui milite pour l’amélioration du système public.

Combattre la privatisation

Plus tôt, cette année, le gouvernement de l’Alberta a proposé d’utiliser des fonds publics pour financer des opérations chirurgicales dans des cliniques privées afin d’alléger les listes d’attente.

Sue Reid croit que cette pratique risque d’embourber davantage le système public. Ça vole des travailleurs dans le système public pour les envoyer au privé, soutient-elle. Par exemple, si un anesthésiste travaille dans une salle d’opération privée, une salle d’opération publique est fermée.

Ces inquiétudes sont également celles de Chad Ohman, de Protect Our Province Alberta. On voit Alberta Precision Laboratories être privatisé au profit de Dynalife, note-t-il. Dynalife doit en effet devenir responsable de la majeure partie des services de laboratoires locaux de la province à compter du 5 décembre.

Selon Sue Reid, ces enjeux sont autant de preuves que le système public de santé a besoin d’un meilleur financement fédéral et provincial.

Elle voudrait notamment que le financement fédéral soit assorti de conditions afin qu’il ne serve pas à financer des soins offerts au privé.

Avec les informations de Julien Latraverse et Samantha Schwientek

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !