•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le projet de dépotoir de déchets nucléaires à Chalk River inquiète le NPD Pontiac

Chargement de l’image

Les installations de Chalk River en bordure de la rivière des Outaouais

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des citoyens préoccupés par le projet de dépotoir de déchets nucléaires à Chalk River demandent aux élus de bien réfléchir aux conséquences d’une telle construction pour la santé des résidents et sur l’environnement avant de l’approuver.

Ils souhaitent que le gouvernement fédéral suspende toute décision sur le projet d’enfouissement jusqu’à ce que le Canada se dote d’une politique plus complète dans ce domaine.

Les citoyens ont fait part de leurs préoccupations, samedi, lors d’une table ronde organisée à l’Université du Québec en Outaouais (UQO) par l’Association de circonscription du Nouveau Parti démocratique dans le Pontiac.

Chargement de l’image

Des citoyens ont participé à une table ronde organisée par l'Association du Nouveau Parti démocratique dans le Pontiac.

Photo : Gracieuseté de l'Association du NPD du Pontiac

Au NPD, nous pensions important de pouvoir en discuter avec les citoyens de la région, a déclaré Catherine Emond-Provencher, présidente de l’association. Nous sommes tout particulièrement inquiets des conséquences de ce projet à moyen et long terme.

Le député néodémocrate de Rosemont — La Petite-Patrie, Alexandre Boulerice, ainsi que Denise Giroux, militante de longue date pour la protection de la rivière des Outaouais et ancienne candidate pour le NPD dans le Pontiac se sont joints à la discussion.

Chargement de l’image

Denise Giroux militante et ex-candidate du Nouveau Parti démocratique dans Pontiac

Photo : Gracieuseté/Nouveau Parti démocratique du Canada

On ne peut tout simplement pas courir le risque d’installer un dépotoir pour des déchets aussi dangereux en amont de tant de municipalités , a déclaré la militante, par voie de communiqué. 

« Le pari que les installations prévues puissent être sécuritaires pour des centaines d’années est absurde. »

— Une citation de  Denise Giroux, militante et ancienne candidate pour le NPD dans le Pontiac

On peine à connaître l’impact de la crise climatique dans les 10 prochaines années ou qui sera [le] chef du gouvernement dans cinq ans. Comment peut-on espérer tout contrôler pendant des centaines d’années?, a-t-elle demandé.

Laboratoires nucléaires canadiens (LNC), la principale organisation de sciences et technologies nucléaires au Canada, espèrent construire sur les berges de la rivière des Outaouais un monticule artificiel afin d’y entreposer des déchets radioactifs.

Le groupe de citoyens soutient que le site se situe à moins d’un kilomètre de la rivière des Outaouais, rivière qui est la principale source d’eau potable pour des millions de Québécois et d’Ontariens.

Chargement de l’image

Maquette du futur site de gestion de déchets radioactifs de Chalk River, en Ontario (archives)

Photo : Laboratoires nucléaires canadiens

Les citoyens ont profité de cette rencontre pour organiser une campagne au cours de laquelle ils vont envoyer des lettres aux élus pour les sensibiliser aux enjeux liés à ce possible dépotoir.

Dans l’une de ces lettres, ils demandent au gouvernement d’attendre que le Bureau du vérificateur général, qui mène actuellement une étude sur la gestion des déchets radioactifs, rende public son rapport.

Les citoyens aimeraient aussi que le gouvernement porte une attention au rapport du Comité permanent de l'environnement et du développement durable sur le même sujet. Ce rapport est attendu en juin. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !