•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une conférence pour faire face aux problèmes de santé mentale et de dépendances

Vanisha Beault en compagnie de sa fille Eden Ericksen et de l’agente de police Stacey McKinnon..

Vanisha Beault (gauche) en compagnie de sa fille Eden Ericksen (droite) et de l’agente de police Stacey McKinnon (centre).

Photo : Radio-Canada

Marc-Antoine Leblanc

La Fondation Terminator, qui aide les personnes aux prises avec des problèmes d’alcoolisme ou de drogue, a tenu samedi une conférence éducative sur la santé mentale et la toxicomanie à Calgary. L’événement intitulé Truth and Recovery visait notamment à outiller les participants à faire face à leurs traumatismes et guérir de leurs dépendances.

Vanisha Breault, fondatrice de la Fondation Terminator connaît bien les difficultés auxquelles les personnes en proie à des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie doivent parfois faire face. Elle-même s’est retrouvée dans cette situation, que ce soit avec ses propres problèmes d’alcoolisme ou bien à travers les dépendances de sa fille.

Elle juge donc important de tenir un événement visant à sensibiliser les gens tout en leur offrant des pistes de solutions.

Je crois vraiment qu'il faut soutenir les gens [avec des problèmes de santé mentale] et les aider dans leur processus de guérison. C'est ce que nous faisons avec ce genre de conversations et en tissant des liens, explique-t-elle.

Pour l’occasion, plusieurs personnes ayant vécu avec des problèmes de santé mentale ont pris la parole au Ross Glenn Hall de l'Université Mount Royal. Sous forme de séminaire, les différents intervenants ont fait part de leurs expériences et ont donné certains conseils aux participants.

Parmi les panélistes, il y avaient notamment l’ancien défenseur de la Ligue nationale de hockey, Mike Green, et le ministre adjoint à la Santé mentale et aux Dépendances de l'Alberta, Mike Ellis.

Selon Mme Breault, il est d’autant plus important de tenir des événements comme celui-ci après des mois de pandémie, lorsque de nombreuses personnes se sont retrouvées face à elles-mêmes.

De nombreuses personnes assistant à une conférence.

Les participants se sont rassemblés au Ross Glenn Hall à l’Université Mount Royal à Calgary.

Photo : Radio-Canada

« C’est important de discuter des problèmes de santé mentale et des problèmes de toxicomanie, car ce ne sont pas des cas isolés, ça se passe dans notre communauté. Aussi, ce genre de problème s'est intensifié dernièrement.  »

— Une citation de  Vanisha Breault, fondatrice de la fondation Terminator

Michael Chayka fait également partie de ceux qui ont traversé des moments difficiles en raison de problèmes d’alcoolisme. Sobre depuis bientôt trois ans, il estime que l’une des premières étapes pour surmonter ses démons est de demander de l’aide.

Il juge donc nécessaire de tenir une conférence comme celle qu’offre la Fondation Terminator : « C’est très instructif, car il y a beaucoup de gens avec des expériences différentes qui se réunissent pour parler de santé mentale et de dépendance tout en offrant plusieurs options pour avoir une bonne santé mentale ».

Des policiers qui veulent également s’outiller

Parmi les participants, plusieurs policiers ont assisté à la conférence pour profiter des différentes ressources qu'offrait la conférence.

Comme l’explique Didier Karimwabo, policier à Calgary, son métier se conjugue souvent avec des problèmes de santé mentale lors de différentes interventions.

La majorité du temps, on ne sait pas comment aider. Il y a des services, mais parfois fois, en tant que policiers, on ne sait pas comment les joindre. Aussi, il y a des gens qui sont en train de souffrir, et eux-mêmes ne savent pas comment joindre des programmes qui pourraient les aider.

Avoir des séminaires pareils ça nous aide à comprendre qu’il y a de l’aide de disponible, note-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !