•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saguenay était tout sourire pour la fin du masque

Un jeune garçon et son papa bien heureux de laisser le masque de côté.

Un jeune garçon et son papa bien heureux de laisser le masque de côté.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Radio-Canada

Après 22 mois, le Québec laisse tomber le masque et les sourires fleurissaient sur le visage des Saguenéens, heureux de ce pas vers une vie plus normale.

L'obligation de porter le masque était en vigueur depuis le 18 juillet 2020 au Québec. Mais samedi, c'était presque chose du passé alors que les commerçants retiraient les pancartes sur leur édifice.

Une femme retire une affiche sur sa porte de commerce.

Les commerçants retirent les affiches obligeant le masque.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Il s'agit également d'un casse-tête de moins pour les employés des gyms, des restaurants, des bars et des commerces. Ils peuvent désormais travailler sans couvre-visage.

C'est sûr que les gens en cuisine sont vraiment contents parce qu'il faisait chaud. Ça fait vraiment du bien. Ça tombe vraiment bien avec les températures, mentionne la barista du café Cambio, Ann-Laurie Bergeron.

Une jeune femme sourit à la caméra.

Ann-Laurie est très heureuse d’enfin pouvoir travailler sans porter le masque.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

On l'attendait cette journée-là. Sérieusement de pouvoir revoir les membres du personnel et la clientèle avec le sourire jusqu'aux oreilles. On considère que c'est un pas de plus vers la fin de la pandémie, se réjouit le directeur du groupe La Voie Maltée, Mérick Fournier.

Un homme devant un bar.

Le directeur du groupe La Voie Maltée, Merrick Fournier, est heureux d'enfin pouvoir voir le sourire au visage de ses employés et des clients.

Photo : Radio-Canada

La réaction est la même pour Étienne Booth qui est propriétaire d'une salle de sport. Aujourd'hui c'est vraiment la fin de ces mesures, pour l'instant et pour un certain temps on l'espère. Généralement c'est un soulagement, dit-il.

Un homme dans un gym.

Le propriétaire du gym Engrenage biomécanique générale, Étienne Booth, estime que ses clients sont généralement soulagés de cette annonce.

Photo : Radio-Canada / Gabrielle Morissette

Prudence pour les personnes à risque

À l'exception des transports en commun et des établissements de soins de santé, le couvre-visage n'est plus obligatoire dans les lieux publics. Mais pour les personnes vulnérables, le port du masque est toujours recommandé.

Moi je n'ai pas d'anticorps donc je dois continuer de porter le masque par ma situation, a alors indiqué un homme rencontré à Chicoutimi.

Selon un reportage de Gabrielle Morissette.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !