•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dix personnes tuées dans une fusillade perpétrée par un suprémaciste blanc à Buffalo

Les autorités considèrent la fusillade comme un crime de haine et un acte « d'extrémisme violent à motivation raciale ».

Deux personnes se prennent dans leurs bras devant un cordon de sécurité de la police.

Les autorités considèrent la fusillade comme un crime haineux à motivation raciale.

Photo : Associated Press / Joshua Bessex

Radio-Canada

Dix personnes ont été tuées et trois autres blessées, samedi après-midi, lors d’une fusillade qui a éclaté dans une épicerie de Buffalo, dans l’État de New York.

Payton Gendron, un homme blanc âgé de 18 ans lourdement armé, a été arrêté sur les lieux par la police locale.

Vêtu d’un habit militaire et d’un gilet pare-balles, le tireur est entré dans l’épicerie Tops Friendly Market avec une arme automatique avant d’ouvrir le feu.

Il a filmé la fusillade avec une caméra fixée sur son casque militaire et l’a diffusée en direct [sur Twitch], a précisé le commandant Joseph Gramaglia en conférence de presse.

Des policiers armés se tiennent derrière un cordon jaune.

Les forces de l'ordre ont établi un périmètre de sécurité pour protéger la scène de crime.

Photo : Associated Press / Derek Gee

Braedyn Kephart et Shane Hill, tous deux âgés de 20 ans, entraient dans le stationnement lorsque le tireur est sorti de l'épicerie pour se rendre aux policiers.

Ils ont assisté à l’arrestation du suspect, qui se serait mis à genoux, aurait enlevé son casque et laissé tomber son arme, avant d’être immobilisé par des agents.

Comme un film d'horreur

Le tireur a abattu quatre personnes dans le stationnement avant d’entrer dans le magasin. Une fois à l’intérieur, un agent de sécurité, qui était un ancien policier, a tiré à plusieurs reprises sur l’assaillant. Protégé par son gilet pare-balles, ce dernier a répliqué en tuant l’agent de sécurité, a expliqué le commandant Gramaglia.

Les images de l'événement montrent ensuite le tireur marcher dans l’épicerie et prendre des clients pour cibles.

Des policiers sont finalement entrés dans le magasin pour confronter le tireur. À ce point, le suspect a retourné son arme contre son cou. Deux officiers l’ont convaincu de déposer son arme, a expliqué le commandant Gramaglia.

Un enquêteur vu de dos.

L'unité des crimes majeurs a été dépêchée sur place pour analyser la scène.

Photo : Associated Press / Joshua Bessex

Appelé à intervenir sur les lieux, un policier a témoigné sous le couvert de l’anonymat au quotidien The Buffalo News. C’est comme marcher dans un film d’horreur, mais tout est réel. C’est comme l’Armageddon, a-t-il dit. Il y a des balles et du sang partout.

Une gérante de l’épicerie, Shonnell Harris, a raconté avoir traversé le magasin en courant lorsque les coups de feu ont commencé. Elle est tombée à plusieurs reprises avant de réussir à sortir.

Sur son chemin, elle a pu apercevoir le tireur. Il avait l’air d’être dans l’armée, a indiqué à The Buffalo News Mme Harris, qui estime avoir entendu environ 70 coups de feu.

Elle a expliqué que l’épicerie était remplie lorsque le tireur a fait irruption. C’est la fin de semaine, alors il y avait beaucoup de gens.

Un motif racial

Le FBI a ouvert une enquête sur cette fusillade, motivée par des considérations raciales. L’épicerie ciblée se situe dans un quartier où les résidents sont majoritairement d’origine afro-américaine. D'ailleurs, 11 des 13 personnes touchées par des tirs étaient noires.

Le site de la fusillade à Buffalo, dans l'État de New York.

Le tireur était semble-t-il vêtu d'un gilet pare-balles et aurait utilisé une arme de grand calibre.

Photo : Associated Press / Carolyn Thompson

Originaire de Conklin, dans l’État de New York, le suspect a franchi 320 kilomètres pour se rendre à Buffalo.

« Nous enquêtons sur cet incident comme étant à la fois un crime haineux et un cas d'extrémisme violent à motivation raciale », a déclaré Stephen Belongia, un agent spécial du FBI responsable du bureau de Buffalo.

C’est le mal absolu. Le motif était clairement racial, a affirmé sans détour le shérif du comté d’Erie, John Garcia. C’est un crime haineux de quelqu’un qui vient de l’extérieur de notre communauté, de notre ville.

C'est un jour de grande douleur pour notre communauté, a lancé le maire de Buffalo, Bryon Brown. Beaucoup d'entre nous sont souvent allés dans ce supermarché. Nous ne pouvons pas laisser cette personne pleine de haine diviser notre communauté ou notre pays.

La gouverneure de New York, Kathy Hochul, et le sénateur new-yorkais Chuck Schumer ont exprimé leur solidarité sur Twitter.

Nous sommes avec les résidents de Buffalo, a tweeté M. Schumer. Pour sa part, Mme Hochul a offert son aide et celle des représentants de l’État aux autorités locales.

En mars 2021, une fusillade avait également éclaté dans une épicerie de Boulder, au Colorado. Dix personnes avaient été tuées.

Avec les informations de Associated Press

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.