•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Kiev, l’ambassade canadienne est rouverte avec une nouvelle mission

L'ambassadrice du Canada en Ukraine, Larisa Galadza.

L'ambassadrice du Canada en Ukraine, Larisa Galadza, en entrevue à l'émission «Les coulisses du pouvoir»

Photo : Radio-Canada

Micheline Laflamme

L’ambassade du Canada en Ukraine est rouverte, mais la mission de son ambassadrice, Larisa Galadza, n’est plus la même. L’invasion lancée par la Russie le 24 février dernier a tout changé.

« On travaille en fonction des priorités ukrainiennes. [...] Dans une période de guerre, il faut être agile et il faut être flexible. Il faut trouver comment nous pouvons continuer nos relations dans un nouveau contexte avec tous nos partenaires. »

— Une citation de  Larisa Galadza, ambassadrice du Canada

L’Ukraine réclame en effet plus d’armements pour repousser l’ennemi russe, plus d’assistance humanitaire pour soutenir sa population et plus d’aide financière pour renflouer son économie, qui devrait se contracter de 45 % cette année, selon l’Organisation des Nations unies (ONU).

La vie a repris un semblant de normalité à Kiev depuis le retrait des troupes russes dans le nord du pays. Les cicatrices de la guerre sont cependant bien en vue. Des postes de contrôle barrent les routes. Des sacs de sable et des barricades sont parsemés autour des édifices. Des banlieues semblables à celles ceinturant Montréal ou Toronto, où une jeune génération remplie d’espoir portait l’avenir du pays, sont complètement décimées.

Larisa Galadza admet que l'atmosphère est lourde, mais elle est heureuse de pouvoir reprendre ses activités. Depuis son retour à Kiev, elle a déjà eu des entretiens avec trois ministres ukrainiens.

Ces réunions, de même que celles tenues avec des membres du Parlement ou de la société civile, lui permettent de glaner des informations qui éclaireront les prochaines interventions du gouvernement canadien. Ils sont bien placés pour nous décrire en détail la situation sur le terrain; la situation politique, la situation économique, la situation militaire, sécuritaire, a ajouté l’ambassadrice.

Un appui financier et moral

Jusqu’à maintenant, Ottawa s’est engagé auprès du président Volodymyr Zelinsky à dépenser 181 millions de dollars en matériel militaire et 270 millions de dollars en aide humanitaire. Dans le dernier budget, le gouvernement de Justin Trudeau a aussi prévu un milliard de dollars sous forme de prêt administré par le Fonds monétaire international.

Cet appui, jumelé à celui des autres pays amis, a permis aux forces armées ukrainiennes de reprendre du territoire. Elles ont expulsé au cours des derniers jours les soldats de Vladimir Poutine à Kharkiv, deuxième ville en importance du pays.

Tout ça, l'appui moral, l'appui financier, c'est important pour eux. Et ils sont très, très reconnaissants de la contribution du Canada, a dit l’ambassadrice.

Si les activités de l’ambassade sont limitées en ce moment, Mme Galadza prévoit que les services consulaires reprendront graduellement en Ukraine. Tout dépendra de l’évolution du conflit avec la Russie : Pour l'instant, nos agents consulaires en Pologne sont très, très bien placés pour rendre service aux Canadiens.

Malgré les vies perdues et les infrastructures anéanties, l’ambassadrice canadienne assure que le pays saura se relever de cette guerre, car les Ukrainiens sont déterminés à remporter la victoire.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !