•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les bateaux de croisière sont de retour sur les Grands Lacs

Le bâteau de croisière près de la banquise.

Le bateau de croisière Octantis sera de passage dans la région des Grands Lacs de mai à septembre 2022.

Photo : Gracieuseté : Ville de Thunder Bay

Radio-Canada

L’approche de la saison estivale signifie le retour des touristes dans les communautés des Grands Lacs. Plusieurs villes s’attendent à un regain d’activité important après deux étés de confinement sans croisières.

Thunder Bay attend notamment l’arrivée du navire Octantis de la compagnie Viking, qui effectuera 14 trajets qui débuteront ou se termineront sur la côte nord du lac Supérieur.

Lorsque le passage d’Octantis a été annoncé en janvier 2020, Tourisme Thunder Bay a estimé que le passage du bateau rapporterait de 1,6 million $ à 2,3 millions $ de revenus dans la région. L’organisme s’attendait alors à ce que 5200 touristes visitent Thunder Bay et ses environs durant leur voyage.

Pour la saison entière, l’impact économique du retour des croisières est estimé à entre 3,8 millions $ et 5,6 millions $. Ceci devrait aider l’industrie touristique, qui d’après la Corporation de développement économique de Thunder Bay, sera l’une des plus grandes forces de la Ville en 2022.

Des données publiées en mars par l’entité municipale démontrent que plus de 8 millions de Canadiens ont fait des recherches en ligne afin d’en apprendre plus sur Thunder Bay en 2021.

Nous sommes vraiment excités. On est à deux semaines de l’arrivée inaugurale du navire [le 27 mai], qui est le plus gros à avoir traversé les Grands Lacs , selon le directeur de Tourisme Thunder Bay, Paul Pepe.

M. Pepe indique que le vaisseau sera en ville pour 36 heures sept fois cet été . Ceci veut dire que les voyageurs qui embarquent ou débarquent du bateau de croisière auront le temps de s’approvisionner et découvrir la région.

Déjà, les réservations de cinq des 14 trajets sont pleines et les autres se vendent rapidement.

Un homme posant devant une marina.

Paul Pepe, le responsable du tourisme pour la Ville de Thunder Bay.

Photo : CBC/Amy Hadley

D’après M. Pepe, il s’agit d’une excellente occasion de mettre en valeur la Ville de Thunder Bay en tant que destination de voyage auprès de l’industrie des croisières.

De tels navires ont rarement visité Thunder Bay depuis 2012, notamment parce qu’ils ne pouvaient plus traverser les écluses menant au port. Cependant, les constructeurs ont passé plus de temps à fabriquer de plus petits bateaux de croisière au cours de la dernière décennie, ce qui permet aux entreprises d’explorer les Grands Lacs à nouveau.

En préparation pour la saison des croisières, Thunder Bay a investi 2,5 millions de dollars pour améliorer l’infrastructure portuaire. M. Pepe souligne que ces travaux permettront également aux résidents de profiter du port .

La COVID-19 inquiète toujours

Malgré l’allégement des restrictions sanitaires en Ontario en janvier 2022, Tourisme Thunder Bay demeure prudent quant à l’effet que pourrait avoir la crise sanitaire sur l’été à venir. La COVID-19 a créé beaucoup d’anxiété dans l’industrie touristique locale.

Le gouvernement du Canada a fermé les Grands Lacs pour les bateaux de croisière pendant deux étés , explique M. Pepe.

« Nous nous adaptons toujours à ce monde post-COVID. Mais il y a beaucoup de flexibilité et de communication avec des partenaires afin de travailler ensemble et naviguer ce qui est en train de se produire.  »

— Une citation de  Paul Pepe, directeur de Tourisme Thunder Bay

L’industrie du tourisme n’est pas totalement en terre promise puisque des règles et restrictions sont toujours en vigueur, mais M. Pepe rappelle que les gens n’ont pas voyagé pendant deux ans. Il y a une demande.

Les parcs et espaces protégés et les sites historiques de Thunder Bay font tous partie des choses à voir qu’on tient pour acquises, mais elles sont sur la liste des touristes, indique-t-il.

L’île Manitoulin veut en profiter

Le maire de la municipalité de Manitoulin du Nord-Est et les Îles, Alan MacNevin, a hâte de pouvoir accueillir les croisières à nouveau afin d’aider l’économie locale, fortement affectée par la pandémie.

Les croisières ne venaient plus et la majorité des petites entreprises souffraient parce qu’elles étaient fermées ou n'offraient que la livraison ou le ramassage en bordure de rue, se souvient-il.

Heureusement, l'industrie touristique de l’île Manitoulin a tiré son épingle du jeu dans les périodes d'assouplissement des restrictions sanitaires. Selon M. MacNevin l’île est devenue très occupée lorsque la province a commencé à se déconfiner.

Il y a encore un peu de nervosité au sujet du retour des croisières en raison des risques de transmission de la COVID-19 autant sur les bateaux que dans les communautés, mais le maire indique que tout le monde a hâte au retour de telles activités.

La communauté de Little Current servira d’arrêt pour plusieurs navires et le passage de gros bateaux sera bénéfique pour plusieurs raisons. En plus de transporter de nouveaux touristes par voie maritime, les vaisseaux attireront des gens de la région qui souhaitent les voir.

La côte du lac Huron sera un important atout. M. MacNevin s'attend à une hausse importante du nombre de visiteurs américains , qui représentent la moitié des bateaux qui circulent sur le cours d’eau durant l’été.

Avec les informations de Christophe Simard, Francis Bouchard et CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !