•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Janelle Delorme, championne d’éducation autochtone en français

Portrait de Janelle Delorme, qui anime la baladodiffusion RéconciliACTION, diffusée sur les ondes de Envol 91 FM.

Janelle Delorme anime le balado «RéconciliACTION», diffusé sur les ondes d'Envol 91 FM.

Photo : Facebook/Janelle Delorme

Radio-Canada

L’animatrice radio Janelle Delorme figure parmi les quatre champions 2022 pour l’éducation autochtone, récompense annuelle remise par le Full Circle for Indigenous Education.

Mme Delorme est récompensée pour son éducation autochtone en français, qu’elle développe à travers sa chronique bénévole RéconciliACTION, sur les ondes d’Envol 91 FM.

Le processus de nomination s’est réalisé en collaboration avec les élèves de septième et de huitième année à l’école Varennes, à Winnipeg, sous la direction de la professeure Meghan Waters.

Les cours comprennent des séances de questions et réponses bimensuelles avec Mme Delorme, et ce projet a été présenté au comité de sélection dans le processus de mise en candidature.

La confirmation des sépultures anonymes à Kamloops a incité l’éducatrice à entamer un processus formel à la radio alors que l’événement poussait de nombreuses personnes à lui poser des questions à ce sujet.

Au mois de septembre, j’ai constaté qu’il y avait un énorme besoin au niveau de l’éducation, et surtout pour le grand public, dit Janelle Delorme, en entrevue avec Laïssa Pamou au Téléjournal Manitoba. Plusieurs d’entre nous sont passés dans un système scolaire qui ne nous a rien enseigné des pensionnats pour Autochtones, ainsi que des séquelles de la colonisation.

À ce titre, il ne s’agit pas d’un effort individuel seulement, mais plutôt d’une démarche collaborative.

Je suis entourée de mentors et d’aînés qui m’appuient dans mon travail, alors je ne le fais pas seule, explique Mme Delorme. J’ai mon groupe de femmes de la nation Métis qui m’encourage. On se pousse à réfléchir différemment, à se décoloniser nous-mêmes, parce qu’on a aussi un chemin de réconciliation à faire.

Et comme l’éducation se fait au-delà des écoles, elle se fait aussi au-delà du seul apprentissage historique.

Le but de la chronique RéconciliACTION, c’est d’agir. Donc c’est plus que s’éduquer à travers des livres d’histoire; c’est de pouvoir changer son cœur.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !