•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Front commun contre le coût de transport des marchandises à Fermont

Un camion lourd circule dans les nuages de poussières sur la route 389.

À Fermont, une ville minière située à 568 kilomètres au nord de Baie-Comeau, l’essence avoisine les 2,25$/ litre. Le prix de l'essence fait bondir le coût de transport des marchandises (archives).

Photo : Radio-Canada / Benoît Jobin

Radio-Canada

Un comité spécial nouvellement formé à Fermont va tenter de trouver une solution à la hausse marquée du coût de transport des marchandises que doivent assumer les entreprises.

C’est la MRC de Caniapiscau et la Chambre de commerce de Fermont qui ont lancé cette initiative afin d'assurer le développement économique de la ville minière.

Plusieurs solutions sont présentement à l'étude par le comité, comme la possibilité de créer une coopérative de transport. Partager un lieu d’entreposage commun à Baie-Comeau pourrait aussi permettre de maximiser les déplacements entre les deux villes.

Ce qui coûte cher, c’est surtout le transport entre Baie-Comeau et Fermont. Si vous avez déjà fait la route 389, on peut comprendre que c’est une route qui n’est pas toujours facile pour les transporteurs , explique l'agente de développement économique de la MRC de Caniapiscau, Mélanie Roy.

La mine Mont-Wright d'ArcelorMittal à Fermont.

Plus de 2250 personnes habitent à Fermont, dont l'extraction minière est la principale activité économique (archives).

Photo : MRC de Caniapiscau

Les membres du comité s’affairent présentement à collecter des renseignements auprès des entreprises de Fermont afin de plancher sur ces solutions.

On a besoin de connaître la ville où sont situés les fournisseurs, le type de marchandise transporté et la fréquence des commandes. On demande aussi des données un peu sensibles aux entreprises, soit combien elles vont payer de frais de transport annuellement, ajoute Mme Roy.

Tester les solutions

Un projet pilote sera éventuellement lancé auprès de six entreprises locales pour tester les solutions mises de l’avant par le comité.

Ces entreprises pourront aussi compter sur l’aide de l’organisme IVÉO, qui accompagne les municipalités du Québec dans le déploiement de solutions innovantes.

« Ça prend absolument des entreprises qui sont dévouées dans cette démarche-là pour trouver la meilleure solution. »

— Une citation de  Mélanie Roy

Le comité espère que ces solutions permettront de baisser la facture des biens et services vendus à Fermont et d’assurer la pérennité des entreprises locales.

Avec les informations de Madeleine Ross

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !