•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de visite du pape en C.-B. : des Autochtones entre déception et sentiments mitigés

Une robe rouge suspendue sur une croix à la suite de la découverte des sépultures non marquées près de l'ancien pensionnat pour Autochtones, de Kamloops, en Colombie-Britannique, en mai 2021.

La découverte de sépultures anonymes à Kamloops, en Colombie-Britannique, est à l'origine de nouvelles pressions pour obtenir des excuses de l'Église catholique. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

À la suite de l’annonce de la visite du pape au Canada en juillet et de l'absence de passage en Colombie-Britannique, certains Autochtones se disent déçus. C'est le cas de la cheffe Rosanne Casimir, de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc, qui dit être déçue que le pape n’ait pas prévu, pour l’instant, de se rendre à Kamloops.

La découverte d'environ 200 sépultures anonymes près de l'ancien pensionnat pour Autochtones de la ville, il y a un an, est pourtant l'un des éléments déclencheurs de la visite papale.

Si elle dit apprécier le fait que le pape vienne au Canada et comprendre l’étendue du pays ainsi que les questions de mobilités auxquelles fait face l’octogénaire, la cheffe Rosanne Casimir parle d’une occasion manquée de venir sur les lieux du point zéro [...], du plus grand pensionnat du pays dirigé par l'Église catholique romaine.

« Mon espoir est dans la justice et la réconciliation afin que les Premières Nations à travers le Canada puissent trouver une façon de travailler avec l'Église catholique afin que nous puissions vraiment marcher sur le chemin de la guérison ensemble pour nos enfants et les générations futures. »

— Une citation de  Rosanne Casimir, cheffe de la Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc

La cheffe Rosanne Casimir ne perd pas espoir que cette visite historique puisse passer par la province et mentionne les autoroutes et l’aéroport à 15 minutes disponibles pour un tel déplacement.

J'espère [que le pape] aura l'occasion de venir en Colombie-Britannique et qu'il profitera de cette occasion, je n'ai rien exclu pour l'instant, et je vais garder un peu d'espoir.

L'Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique appelle également le pape à revoir ses plans pour inclure une visite sur le territoire Tk'emlúps.

Cet oubli flagrant doit être rectifié immédiatement , dit le chef Terry Teegee. Kupki7 Rosanne Casimir a fait le voyage au Vatican avec une délégation complète de chefs de partout au Canada, le pape doit montrer un respect réciproque à Kupki7 Casimir et à Tk'emlúps.

Rosanne Casimir est cheffe de la Première Nation Tk'emlups te Secwépemc.

Rosanne Casimir, lors d'un rassemblement devant l'ancien pensionnat pour Autochtones de Kamloops. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Une « gifle » au visage des survivants, selon Judy Wilson

La cheffe Judy Wilson, secrétaire-trésorière de l’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique, qualifie quant à elle le non-passage du pape dans la province de gifle au visage des survivants des pensionnats pour Autochtones. L'Église doit rendre des comptes [et] le pape n'a pas présenté d'excuses complètes, dit-elle.

Elle explique que c’est par la Colombie-Britannique que la question de sépultures près de pensionnats a vraiment été mise en lumière pour de nombreux Canadiens, même si cela est de notoriété publique chez de nombreux peuples autochtones depuis très, très longtemps.

Judy Wilson précise qu’un vol entre Edmonton et Kamloops prendrait environ 45 minutes et trouve que la communauté serait une étape importante du voyage du pape.

« Il y a encore des sentiments mitigés parmi les survivants. Certains ne veulent rien avoir à faire avec le pape à cause des atrocités qu'eux et leurs familles ont subies. »

— Une citation de  Judy Wilson, secrétaire-trésorière de l’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique
Judy Wilson.

La cheffe Judy Wilson qualifie le non-passage du pape dans la province de gifle au visage des survivants des pensionnats pour Autochtones. (Archives)

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

Une visite insignifiante, selon Jason Louie

L’Union des chefs autochtones de la Colombie-Britannique demande la répudiation de la doctrine de la découverte et le retour des terres. C'est vraiment important parce que beaucoup d'Églises ont encore des terrains, explique la cheffe Judy Wilson. L’organisme demande également que les Églises divulguent entièrement leurs données.

En juin 2021, la communauté Lower Kootenay révélait la découverte de 182 sépultures non marquées (Nouvelle fenêtre) près d'un ancien pensionnat. Aujourd’hui, le chef Jason Louie dit que la visite du pape ne signifie pas grand-chose pour lui et qu’elle n’a pas de sens.

« Si le pape vient ici pour se mettre à genoux et demander pardon de la même manière que les peuples autochtones doivent se mettre à genoux et demander pardon d'être Autochtones, de ne pas parler anglais… alors peut-être que ça attirera un peu mon attention. »

— Une citation de  Jason Louie, chef de la communauté Lower Kootenay

Le chef Jason Louie aimerait que tous les sites où sont retrouvées des sépultures soient considérés comme des scènes de crime et demande qu’on arrête de traiter cet individu [le pape] comme s'il était un héros alors qu'il fait partie de l'organisation qui a tué notre peuple.

Avec les informations de Chloé Dioré de Périgny et Michelle Ghoussoub

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !