•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Week-ends du monde annulés en raison d’une double pénurie 

Des gens dansent sur scène.

Les Week-ends du monde mêlent notamment danse et musique.

Photo : Facebook/Parc Jean-Drapeau

Radio-Canada

Les Week-ends du monde, qui devaient se dérouler en juillet à Montréal, n’auront pas lieu cette année en raison d’une pénurie de main-d'œuvre et de matériel alors que plusieurs autres festivals au Québec sont également confrontés à des difficultés de recrutement. 

Prévus les 2, 3, 9 et 10 juillet au parc Jean-Drapeau, les Week-ends du monde devaient permettre, comme chaque année, à des communautés culturelles de présenter leur musique, leurs danses, leurs traditions et leur cuisine au public montréalais. 

Nous sommes déçus, indique Ericka Alneus, responsable de la culture et du patrimoine au comité exécutif de la ville de Montréal. Tant la Société du parc Jean-Drapeau que les services de la culture de la Ville de Montréal ont vraiment tout fait pour que l’événement ait lieu.

Selon Mme Alneus, la relance post-pandémie se traduit par une reprise à plein régime et donc par des difficultés d’approvisionnement en matériel événementiel ainsi qu’en personnel. 

Beaucoup de gens veulent les mêmes choses en même temps et les prix changent alors c’était très difficile d’avoir le matériel, surtout qu’on doit fonctionner avec des appels d’offres.

D’après elle, des entreprises ne seraient pas en mesure de répondre aux appels d’offres en raison de leur impossibilité à trouver la main-d'œuvre nécessaire pour honorer leurs contrats. 

Une pénurie généralisée

D’autres événements culturels sont également touchés par des problèmes de recrutement au Québec. 

Ce n’est pas facile, reconnaît Patrick Kearney, président du Regroupement des festivals régionaux artistiques indépendants (REFRAIN). 

La pénurie concerne surtout le personnel technique, qui travaille à la sonorisation et à l’éclairage, car beaucoup de gens ont abandonné ce milieu pendant la pandémie.

Toutefois, la pénurie de main-d'œuvre ne menace pas la tenue d’un des festivals membres du REFRAIN, qui en compte une centaine, pour le moment. 

La mutualisation au secours des festivals?

Selon Ericka Alneus, une réflexion est déjà en cours pour tenter de remédier à ces problèmes de pénurie. 

La mutualisation des ressources humaines et matérielles mérite d’être explorée dans un contexte qui demande de plus en plus d’agilité, estime-t-elle. La créativité, la réflexion et la collaboration sont les clés pour poursuivre cette relance.

Il faut prendre acte de la nouvelle normalité et mettre toutes les forces ensemble pour pouvoir poursuivre des choses qui sont si attendues et appréciées par les citoyens et citoyennes de Montréal.

Ce texte a été notamment écrit à partir d'une entrevue réalisée par Catherine Richer, chroniqueuse culturelle à l'émission Le 15-18. Les propos ont pu être édités à des fins de clarté ou de concision.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !