•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin de l’obligation du port du masque : soulagement en Abitibi-Témiscamingue

L'intérieur d'un studio de coiffure.

Le port du masque ne sera plus obligatoire dans les salons de coiffure (archives).

Photo : Gracieuseté: Studio Bob et Pine

Comme partout au Québec, le port du masque ne sera plus obligatoire dans les lieux publics en Abitibi-Témiscamingue à compter de samedi.

C'est un soulagement pour plusieurs, notamment les propriétaires de commerces, qui sont tout de même prêts à être tolérants avec les clients et les employés qui ne veulent pas s'en départir.

Coiffeur et propriétaire du Studio Bob & Pine de Rouyn-Noranda, Jean-Sébastien Lacombe pousse un soupir de soulagement.

C'est un soulagement : on travaille de longues heures en portant le masque sans pouvoir l'enlever, dit-il.

Jean-Sébastien Lacombe.

Jean-Sébastien Lacombe, propriétaire du Studio Bob & Pine de Rouyn-Noranda (archives).

Photo : Gracieuseté Jean-Sébastien Lacombe

Dans son commerce, il peut enfin se séparer de son masque même lorsqu'il est à proximité de ses clients.

Certains voudraient continuer de le porter, un choix qu'il comprend et qu'il va respecter.

Quelqu'un qui aurait peur et qui voudrait porter le masque, ça va être bien, ou quelqu’un d’immunosupprimé, c'est sans aucune objection qu’on va reporter le masque, ça va être au cas par cas, ajoute le coiffeur.

Au restaurant Le Sainte-Anne de Ville-Marie, la fin du port obligatoire du masque signifie aussi moins de dépenses en matériel de protection.

Ça ne nous inquiète pas. On se protège et on reste vigilants, explique le propriétaire et chef cuisinier Maxime Desrochers, qui compte laisser le libre choix aux clients et aux employés de porter le couvre-visage.

Maintenant, tout le monde, même les employés qui arrivent, il y en a qui ont leur masque. J'en fournis toujours, mais je vais en garder en stock et être toujours prêt au moindre changement. C'est ce qu'on a appris à travers les deux dernières années, explique-t-il.

Amos suivra les directives

La Ville d'Amos va appliquer la décision de la santé publique.

Le maire Sébastien D'Astous dit qu'il faut toutefois rester vigilant.

Sébastien D'Astous devant l'hôtel de ville d'Amos, souriant.

Le maire d'Amos, Sébastien D'Astous (archives)

Photo : Radio-Canada / Martin Guindon

S'il y a des citoyens ou des employés de la Ville qui veulent continuer de le porter, ça sera libre à eux. C'est sûr que si quelqu'un a des symptômes, on aimerait qu'il soit vigilant et qu'il protège ses collègues, mais on est très contents du retrait du masque, dit le maire.

On veut avoir un retour à la vie un petit peu plus normale. Les festivals vont être là et j'espère que les gens vont profiter de l'été, ajoute Sébastien D'Astous.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !