•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations à Hay River : « les conséquences se feront sentir très longtemps »

Un pont bleu en métal avec en dessous une rivière et des bouts de glace éparpillés sur les rives.

La glace et les débris s'empilent sur les rives de la rivière Hay vendredi, alors que l'eau semble s'écouler librement.

Photo : Juanita Taylor / CBC

Radio-Canada

Vendredi matin, le ciel était dégagé et ensoleillé à Hay River et dans la Première Nation K'atl'odeeche, aux Territoires du Nord-Ouest, où la glace résultant de la débâcle des derniers jours recouvre encore les berges et les routes des communautés.

L’eau de la rivière s’écoule sans trop d’encombres, les derniers morceaux de glace étant emportés en aval.

Jane Groenewegen, qui est restée à Hay River pendant la crue de mercredi soir, pense que la débâcle est presque terminée.

Nous en sommes à la fin maintenant, sauf pour les conséquences. Ça, ça va durer très longtemps.

Les deux communautés restent sous le coup d’un ordre d'évacuation, et les résidents qui sont partis ne sont pas encore autorisés à revenir.

Aucun retour dans les communautés pour le moment

Dans une mise à jour publiée jeudi soir, la Ville a fait savoir qu'elle se concentrait toujours sur l'intervention d'urgence et n'avait pas encore commencé ses travaux de rétablissement.

L'infrastructure de la ville est considérablement compromise, ce qui empêche le retour en toute sécurité dans certaines zones de la communauté jusqu'à ce que la situation soit rétablie.

Selon les autorités municipales, les niveaux d'eau ont atteint de nouveaux sommets, jeudi, et une deuxième montée des eaux dans l'après-midi a inondé l'extrémité nord de Miron Drive, le centre-ville et Cranberry Crescent, causant des dommages matériels dans toute la ville.

Les eaux ont également endommagé le réseau d'égouts et privé d'électricité l'usine de traitement des eaux, ce qui signifie que les résidents restants sur place doivent faire bouillir l'eau qui coule du robinet.

Une route de terre se retrouve sous l'eau et sous la glace.

Des morceaux géants de glace recouverts de boue jonchent la route, vendredi matin, le long de Riverview Drive, qui encadre le côté est de Hay River.

Photo : Juanita Taylor / CBC

La Ville a aussi affirmé qu’il y avait toujours un embâcle, jeudi soir, à six kilomètres au sud de l'endroit où les canaux Est et Ouest convergent, la dernière glace restante dans le système, selon elle. Des vidéos et des photos prises au pont, vendredi matin, montrent qu'il n’y a plus de glace sur la rivière.

Dans une mise à jour ayant eu lieu à 20 heures, jeudi, la Ville disait s’attendre à ce que davantage de crues créent davantage d’inondations.

Elle a aussi précisé que les équipes d’urgence devaient comprendre quels étaient les dangers à prendre en compte avant d’autoriser les résidents à revenir.

Jane Groenewegen explique, vendredi matin, que des arbres, de la glace et des débris sont empilés sur le rivage et que l'odeur du diesel provenant de réservoirs emportés par les eaux flottait dans l'air de certaines zones où les eaux s'étaient retirées.

Elle ajoute que certains résidents sont frustrés de ne pas pouvoir revenir dans la communauté pour vérifier leurs habitations.

Je pense que ça va être un processus lent de revenir à ce que nous appelons la normale.

Le gouvernement tente d’être réactif

Shane Thompson, le ministre des Affaires municipales et communautaires des Territoires du Nord-Ouest, affirme que les résidents devront se montrer patients pendant que les équipes d’urgence s'affairent à répondre aux inondations.

Le Ministère coordonne la réponse territoriale et a aidé à mettre en place les centres d’évacuation. Il s’assure que les communautés accueillantes ont de la nourriture, du matériel médical et tout ce dont pourraient avoir besoin les personnes évacuées.

Nous essayons d'être aussi réactifs que possible. Tous les ministères travaillent là-dessus, et nous essayons de faire en sorte que les gens soient là.

Un petit bâtiment est presque entièrement sous l'eau dans une rue de Hay River.

Une station de pompage à Hay River presque entièrement sous l'eau. La Ville affirme que l'inondation a gravement endommagé les infrastructures, en coupant l'alimentation électrique de la station de traitement des eaux et en bouchant les canalisations d'égout.

Photo : Avec la permission de Jane Groenewegen

Le gouvernement dit avoir tiré les leçons des inondations de l’an dernier qu’il devait être mieux préparé, ajoute le ministre. Pour la débâcle de cette année, il a commencé à se préparer très en avance en ayant des experts sur place pour aider les membres des communautés à s'orienter dans les travaux de rétablissements consécutifs aux inondations.

Pourtant, il n’y avait aucun moyen de savoir où allaient avoir lieu les inondations et quelle serait leur importance.

Vous avez un plan, et puis ça devient pire que ce que vous aviez prévu. Y aura-t-il des manques à gagner? Oui, nous le savons, déplore M. Thompson.

Comme les responsables l'ont dit depuis le début, l'intervention d'urgence est prioritaire. L'accent sera mis sur les efforts de rétablissement dès qu'il sera possible de le faire en toute sécurité.

L'essentiel est d'être patient. Nous travaillons avec la Ville et le gouvernement fédéral. [ …] Nous nous efforçons de faire en sorte que les résidents rentrent chez eux dès que c'est possible et sans danger.

Avec les informations d'April Hudson

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !