•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rattraper le retard pandémique de la vaccination préscolaire

Une fillette se fait vacciner sur le bras.

Un parent sur trois serait hésitant face à la vaccination.

Photo : getty images/istockphoto

Chargement de l’image

La vaccination préscolaire pour les 4 à 9 ans a été ralentie par la pandémie. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale entamera donc un blitz de vaccination les trois premières fins de semaine du mois de juin. Près de 2200 enfants pourront mettre à jour leur carnet de vaccination.

La pandémie a mobilisé un nombre considérable de ressources humaines, notamment dans les hôpitaux, les CHSLD et les centres de vaccination. Résultat : plusieurs infirmières travaillant en milieu scolaire ou dans les CLSC n’ont pas pu administrer les doses de vaccins pour des maladies comme la coqueluche ou la varicelle.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale offre la possibilité à 2200 jeunes de mettre à jour leur carnet de vaccination les trois premières fins de semaine du mois de juin à la clinique de vaccination du Port de Québec. Pour l’instant, 80 % des rendez-vous ont trouvé preneur.

Vaccins offerts :

  • Diphtérie

  • Coqueluche

  • Tétanos

  • Poliomyélite

  • Varicelle

Pour les parents incertains de la mise à jour des vaccins pour leurs enfants, le CIUSSS conseille de prendre rendez-vous quand même.

L’infirmière au centre de vaccination va valider tout le carnet de vaccination, explique la responsable de la campagne, Patricia McKinnon. Elle va s’assurer que si le jeune est là pour le tétanos, il va pouvoir aussi recevoir d’autres vaccins si certains ont été oubliés.

Chargement de l’image

Patricia McKinnon explique que les deux premiers week-ends du mois de juin affichent complet. Il reste cependant des rendez-vous pour les 17, 18 et 19 juin.

Photo : Radio-Canada

« On donne vraiment les vaccins qui sont en lien avec les 4 à 9 ans. »

— Une citation de  Patricia McKinnon, directrice adjointe à la santé de première ligne et jeunes en difficulté, CIUSSS de la Capitale-Nationale

Les parents peuvent prendre rendez-vous à partir du site web de la Capitale-Nationale. Les rendez-vous seront confirmés sur le portail Clic Santé.

Des enfants pas vaccinés plus malades

La pédiatre Valérie Labbé recommande aux parents de prendre rendez-vous pour s’assurer que le statut vaccinal de leur enfant est à jour.

On a des enfants qui n’ont pas été vaccinés et qui, malheureusement, vont avoir une infection qui aurait pu être prévenue, et ils vont être très malades. Je pense entre autres au pneumocoque, explique la pédiatre.

Chargement de l’image

La pédiatre Valérie Labbé explique que des collègues infirmières ont été affectées à d’autres tâches pendant la pandémie qui ont ralenti la « vaccination régulière ».

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

« Comme professionnels de la santé, c’est certain qu’on recommande ces vaccins et qu’on voit la différence. »

— Une citation de  Dre Valérie Labbé, pédiatre à l’hôpital Hôtel-Dieu de Lévis

La couverture vaccinale de ce type de vaccins au Québec est d’environ 80 %. En raison des doses de vaccins contre la COVID-19 par contre, une fatigue vaccinale se fait ressentir. À certains endroits sur la planète, on constate déjà la réapparition de vieilles maladies en raison d’une diminution de la couverture vaccinale.

Présentement, il y a des épidémies de rougeole qui ont lieu à travers le monde. Si on ne vaccine pas de nouveau contre la coqueluche, ça va reprendre aussi, dit la Dre Valérie Labbé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !