•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Stratagème financier pyramidal : arnaque ou simple échec?

La créatrice d’un stratagème financier pyramidal se défend de son échec

Chargement de l’image

Des épargnants perdent gros dans un stratagème en ligne.

Photo : iStock

Chargement de l’image

Hope Community, un stratagème financier pyramidal mis en ligne par une résidente de Hamilton, frustre les épargnants. Certains affirment avoir perdu des dizaines de milliers de dollars. Sa créatrice explique pourquoi le système n’a pas fonctionné.

Amina Patel a mis en place Hope Community en 2020. Son objectif était de permettre aux membres de sa communauté de s’entraider financièrement, affirme-t-elle. Devant l’échec de la stratégie, des participants frustrés l'accusent d’avoir pris leur argent.

Le stratagème est basé sur le principe de la tontine. Il s’agit d’un système d’épargne ancien, surtout utilisé dans les communautés de certains pays africains, qui prévoit que les membres de la communauté contribuent à long terme puis récoltent, tour à tour, le fruit de ces épargnes.

Chargement de l’image

Amina Patel dit avoir lancé Hope Community dans l'espoir de créer un véhicule d'épargne.

Photo : Radio-Canada

Amina Patel était parvenue à récolter quelques épargnes en participant à un stratagème semblable en ligne et a voulu en créer un nouveau.

« Je suis bonne vendeuse(...) j’avais recruté pas mal de personnes alors je me suis dit pourquoi ne pas créer ma communauté à moi. »

— Une citation de  Amina Patel, créatrice, Hope community

La communauté qu’elle met en place fonctionne selon un schéma pyramidal. Les premiers épargnants doivent recruter deux autres investisseurs, qui doivent faire de même. Lorsque le groupe atteint 16 personnes au même palier, les épargnants initiaux atteignent ce qu’ils appellent une célébration et récoltent ce qu’ils appellent un cadeau.

Ainsi, un dépôt initial de 500 $ doit mener à une récolte de 4000 $.

Par la suite, ils doivent en principe recommencer au bas de la pyramide pour permettre aux autres épargnants de célébrer à leur tour.

Chargement de l’image
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Lorsque de nouveaux membres sont recrutés, leur contribution s'ajoute aux membres initiaux. Lorsque le plateau de 16 membres est atteint, les épargnants initiaux récoltent ce qu’ils appellent un cadeau.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Amina Patel affirme que la communauté a rapidement connu beaucoup de succès et que des centaines de personnes, d’abord à Hamilton, puis ailleurs au Canada, puis un peu partout dans le monde ont été recrutées.

La résidente de Hamilton explique que plusieurs personnes ont récolté des gains, mais que certaines d’entre elles ont immédiatement quitté la communauté sans remettre de nouveaux investissements. Elle avance que certains épargnants ont aussi donné de faux noms plutôt que de recruter de réels épargnants.

Finalement, le stratagème a cessé de fonctionner et plusieurs épargnants qui ont déjà payé leur part s’inquiètent de ne jamais récolter.

Des déceptions et des menaces

Josy Ayel, qui habite Montréal, affirme avoir perdu 4000 $ dans cette tontine. C’est une somme qu’il a investie après avoir célébré une première fois.

Déçu, il voit ses pertes comme un investissement qui a mal tourné : Je le prends comme si je lançais une entreprise et [que] je n'obtiens pas les revenus que j’avais espérés.

Si le Montréalais aborde ses pertes avec philosophie, d’autres épargnants sont plutôt en colère.

Bondee Joshua, qui habite Toronto, affirme avoir perdu des milliers de dollars, mais dit aussi subir des pressions des personnes qu’il avait recrutées pour participer au stratagème. J’ai abandonné, dit-il, je suis incapable de la joindre depuis des mois.

Il admet s’être rendu à Hamilton pour tenter de confronter l’organisatrice. Amina Patel affirme qu’elle a perçu sa visite comme une menace et contacté les policiers.

Bondee Joshua affirme lui aussi considérer la possibilité de contacter les autorités pour déposer une plainte pour fraude : C’est certain qu’elle a pris l’argent, où est l’argent?

Mais Amina Patel se défend d’avoir pris le pécule des autres épargnants : Jamais, pas un sous, dit la dame qui affirme avoir elle-même perdu des économies.

Elle admet avoir fait ce qu’elle considère comme des erreurs qui ont mené aux difficultés de son stratagème.

Elle affirme par exemple avoir permis à des participants d’emprunter la part des personnes qu’elles auraient dû recruter, incapables de trouver des intéressés.

La tontine

Selon le conseiller financier Rajiv Bissessar, les systèmes pyramidaux financiers sont la plupart du temps voués à l’échec.

Il soutient toutefois que les tontines circulaires, c'est-à-dire qui prévoient que le même groupe d’épargnants maintiennent leur relation jusqu’à ce que tous aient obtenu leur part, peuvent fonctionner.

« C’est une stratégie qui est beaucoup utilisée, surtout chez les nouveaux arrivants »

— Une citation de  Rajiv Bissessar, conseiller financier

Du même souffle, il souligne que ces systèmes d'épargne comportent des risques dont les participants doivent être conscients : Si des personnes quittent, les personnes qui restent n’auront pas leur argent.

Chargement de l’image

Rajiv Bissessar est conseiller financier depuis plus de 20 ans.

Photo : Avec l'autorisation de Rajiv Bissessur

M. Bissessar souligne également que ces communautés ne sont pas des personnes morales. Si un participant meurt par exemple, rien ne garantit que sa famille pourra récupérer sa part. Finalement, le conseiller financier souligne que les épargnants qui utilisent ces stratégies se privent de possibles économies fiscales offertes par les véhicules d’épargnes des institutions financières.

Selon lui, c’est pourtant justement le manque de confiance de certains épargnants envers les institutions financières qui les poussent à investir dans des stratagèmes privés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !