•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 M$ pour financer un projet du Carrefour de solidarité internationale de Sherbrooke

Une femme malienne utilise une calculatrice.

Le Carrefour de solidarité internationale est un organisme de coopération internationale situé à Sherbrooke qui réalise des projets de développement auprès des communautés des pays du sud.

Photo : Gracieuseté : CSI - Jocelyn Riendeau

Le Carrefour de solidarité internationale (CSI) se voit octroyer la somme de 2 millions de dollars par le gouvernement du Canada. S’étalant sur cinq ans, ce financement vise à soutenir une initiative de lutte contre la pauvreté au Mali.

Le projet « Djonkoli kènè : l’espace des femmes et des jeunes pour s’entreprendre » est une collaboration du CSI et de l’organisme malien Kilabo, qui vise à aider plus d’une centaine de milliers de personnes, notamment des femmes, à se sortir de la pauvreté. Le soutien financier du gouvernement canadien permettra la mise en place d’un programme de perfectionnement des compétences de Kilabo et des intermédiaires locaux, selon le CSI.

La subvention reçue pour le projet représente, selon le CSI, le plus gros montant acquis par l’organisme pour un projet ne portant que sur le Mali.

Une aide nécessaire

Pour l’organisme sherbrookois, la période pandémique a représenté un défi quant au financement. Cette contribution vient donner un bon de coup de main. Le CSI a toutefois réussi à tenir le coup au cours des dernières années grâce à des partenariats renouvelés et forts, affirme l'agente de communication et de financement pour l’organisation, Camille Faure-Brac.

Cette dernière rappelle que la situation d'insécurité au Mali se répercute aussi sur le travail de l’organisme. Elle souligne que, pour des raisons de sécurité, le CSI n’a pas de stagiaires ou d’équipes sur place pour le moment. Toutefois, Camille Faure-Brac mentionne que l’organisation jouit de la confiance de ses partenaires locaux pour mener à bien sa mission.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !