•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À quoi ressemble la succession des terres agricoles en Saskatchewan?

Un terrain de ferme avec des pousses et une grange, par une journée d'été. (archives)

Plusieurs familles agricultrices en Saskatchewan ont des problèmes de main-d'oeuvre. (archives)

Photo : Radio-Canada / fournie par Henri Stringer

Radio-Canada

Statistique Canada révèle que la consolidation des terres va s’amplifier au cours des prochaines années en Saskatchewan. L’agriculteur fransaskois à la retraite, Robert Carignan se dit toutefois inquiet, car la relève dans ce secteur est loin d'être assurée.

M. Carignan affirme que plusieurs agriculteurs dans la région de Ponteix qui avancent en âge veulent prendre une retraite avec une stabilité financière.

Les coûts d’exploitation augmentent. La superficie des terres n’est pas assez grande. La technologie va décourager des agriculteurs plus âgés. Il y a un coût qui vient avec ça, a-t-il résumé.

Selon Robert Carignan, la succession des terres aux enfants est également plus difficile puisque ces derniers veulent se perfectionner après l’école secondaire.

« Ça prend un investissement majeur et le retour (sur cet investissement) va prendre beaucoup de temps. »

— Une citation de  Robert Carignan, agriculteur à la retraite à Ponteix

Robert Carignan ajoute que ce facteur entraîne une pénurie de main-d’œuvre. Selon lui, c'est une des raisons qui poussent les petites entreprises familiales à vendre leurs terres à un plus important joueur, car cela leur garantit une retraite stable.

L'agriculteur fransaskois affirme avoir lui-même loué sa ferme familiale cette année à une plus grosse exploitation dans la région de Ponteix. Selon l'entente signée, M. Carignan continue à habiter sur sa ferme et voit plusieurs avantages à sa nouvelle vie.

Avec les informations de Katia St. Jean

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !