•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grippe contribue à engorger les urgences de Sept-Îles

Une femme au visage flouté attend dans la salle d'attente de l'hôpital de Sept-Îles.

La semaine dernière, le ministère de la Santé et des Services sociaux confirmait une tendance à la hausse de l’activité grippale au Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La hausse de l'activité grippale se fait sentir à l’urgence de l’hôpital de Sept-Îles, « à tous les jours, sur tous les quarts de travail » raconte la chef du service des urgences, la Dre Frédérique Roy.

Vendredi matin, le taux d’occupation à l’urgence de l'hôpital de Sept-Îles était de 270 %. Dans ce contexte, chaque consultation compte. Dans les deux dernières semaines, le nombre de consultations liées à la grippe a explosé, selon la médecin.

« Je dirais que facilement 4 consultations sur 10 sont liées (à la grippe), peut-être même 50 % de nos consultations en ce moment. »

— Une citation de  Dre Frédérique Roy, chef du service des urgences à l’hôpital de Sept-Îles

C’est sûr que ça rajoute une lourdeur, ces consultations-là, qui ne sont pas inutiles, mais qui sont peut-être précoces, et pour lesquelles souvent les patients vont quitter un peu insatisfaits, raconte la Dre Frédérique Roy en entrevue à l'émission Bonjour la Côte.

Après deux années où le virus de l’influenza avait presque disparu des radars, il semble y avoir une certaine méconnaissance des symptômes grippaux, selon elle. Elle dit voir des patients en bonne santé qui se présentent à l’urgence pour des symptômes de toux et de fatigue, alors que ce sont des symptômes classiques de l’influenza.

Les gens vont attendre longtemps pour se faire dire après 18, 20 heures, qu’avec un virus, on se repose, on s’hydrate, et on essaie de rester à la maison, déplore la Dre Frédérique Roy.

Frédérique Roy devant l'hôpital.

La chef du département d'urgences de l'hôpital de Sept-Îles, Frédérique Roy.

Photo : Radio-Canada

Selon elle, un patient qui a la grippe devrait se rendre à l’hôpital s’il a des difficultés respiratoires, des douleurs à la poitrine, de la fièvre depuis plus de trois jours ou s’il n’arrive pas à s’alimenter et s'hydrater.

Éclosion à Baie-Comeau

D'ailleurs, le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord fait état d'une éclosion de grippe au 4e étage de l'hôpital Le Royer à Baie-Comeau.

Jusqu'à nouvel ordre, seules les visites de proches aidants et pour des raisons humanitaires sont autorisées à cet étage. Cette mesure vise à protéger les patients, le personnel soignant et leurs proches, affirme le CISSS.

La semaine dernière, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) confirmait une tendance à la hausse de l’activité grippale au Québec. Il s’agit d’une saison de la grippe tardive, exceptionnelle à cette période-ci de l’année, qui a commencé au début du mois d’avril. Le virus de l’influenza A(H3N2) circule.

L’animateur du Téléjournal Québec Bruno Savard en entrevue avec Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l'Institut national de santé publique du Québec.

L’animateur du Téléjournal Québec Bruno Savard en entrevue avec Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l'Institut national de santé publique du Québec.

Photo : Radio-Canada

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !