•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario prédit un « été calme »

Les sous-variants BA.4 et BA.5 d'Omicron détectés en Afrique du Sud n'ont pas encore été signalés en Ontario.

Deux passants devant un magnolia en fleur dans un parc de Toronto.

Avec le retour des beaux jours, les parcs de Toronto attirent les visiteurs.

Photo : The Canadian Press / Cole Burston

La Presse canadienne

Les indicateurs sur la COVID-19 en Ontario vont dans la bonne direction à l'aube de ce qui s'annonce comme un « été calme », potentiellement suivi à l'automne d'une nouvelle campagne de vaccination pour les plus vulnérables, a estimé jeudi le médecin-hygiéniste en chef de la province.

Le docteur Kieran Moore a souligné en entrevue que les niveaux de COVID-19 dans les eaux usées diminuaient en Ontario, tout comme le taux de positivité des tests de dépistage et le nombre de personnes hospitalisées en raison du coronavirus.

Il estime que si cette tendance se maintient, l'Ontario connaîtra un été calme sur le front pandémique, avec une activité intermittente dans toutes les communautés.

Mais le Dr Moore a rappelé qu'il se préparait déjà pour l'automne prochain, lorsque davantage d'activités commenceront à avoir lieu à l'intérieur, où le risque de transmission est plus élevé.

Le Dr Kieran Moore, médecin hygiéniste de l'Ontario en conférence e presse.

Le Dr Kieran Moore a remplacé le Dr David Williams comme médecin hygiéniste en chef de l'Ontario au mois de mai 2021, en pleine pandémie.

Photo : La Presse canadienne / Tijana Martin

En attendant, les autorités sanitaires s'affaireront cet été à administrer les troisièmes doses de vaccin et à s'assurer que les personnes les plus à risque de conséquences graves - les gens âgés de 60 ans et plus et les personnes immunodéficientes - sont à jour dans leur programme de vaccination, a déclaré le Dr Moore.

Le médecin-hygiéniste en chef rappelle que l'immunité diminue de quatre à six mois après la plus récente dose.

Puis, à l'automne, une nouvelle vaccination serait proposée à la population à haut risque, peut-être même avec un vaccin plus spécifique à ce qui circule actuellement, prévoit le docteur Moore.

L'Ontario offre une quatrième dose à toutes les personnes de 60 ans et plus depuis le début d'avril, mais seulement 21,8 % des personnes de ce groupe ont reçu les quatre injections, a déclaré le Dr Moore.

Parmi les personnes de 80 ans et plus, le taux de vaccination atteint 40 %, mais les résidents des foyers de soins de longue durée ont accès aux quatrièmes doses depuis bien plus longtemps.

Nouveaux sous-variants

Le docteur Moore s'est dit par ailleurs très préoccupé par les sous-variants BA.4 et BA.5 d'Omicron, qui ont été détectés en Afrique du Sud, mais pas encore signalés en Ontario. Ces sous-variants sont 10 % plus transmissibles que le BA.2, déjà hautement transmissible, qui est apparu à la fin de l'hiver en Ontario, a-t-il déclaré.

Ces sous-variants pourraient aussi échapper aux protections vaccinales, quoiqu'il soit encore très tôt pour se prononcer, a-t-il précisé.

« À l'heure actuelle, nous croyons qu'il y aura encore une protection significative contre les conséquences graves, et la stratégie de tenir à jour son statut vaccinal demeure donc essentielle. »

— Une citation de  Kieran Moore, médecin-hygiéniste en chef de l'Ontario

L'Ontario signalait jeudi 14 nouveaux décès liés à la COVID-19, après en avoir signalé 29 mercredi. Il y avait jeudi 1451 personnes hospitalisées pour le virus, une baisse de 77 par rapport à la veille.

Le nombre de patients aux soins intensifs a légèrement diminué à 175, contre 176 la veille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !