•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections : voici pourquoi le PPC de Doug Ford se concentre sur Windsor-Essex

Doug Ford en campagne électorale à Waterloo devant des ouvriers.

Le chef du PPC de l'Ontario, Doug Ford, à Kitchener lors d'un événement de campagne jeudi.

Photo : Paula Duhatschek / CBC

Radio-Canada

La région de Windsor-Essex s’est transformée en véritable champ de bataille électoral à l'approche du scrutin du 2 juin alors que les progressistes-conservateurs tentent de s'emparer de plusieurs circonscriptions traditionnellement détenues par les libéraux et plus récemment par les néo-démocrates.

Les gens de Windsor savent que les néo-démocrates se battent toujours pour eux, a assuré la chef du NPD Andrea Horwath lors de son déplacement dans la région, jeudi, pour y soutenir les candidats locaux.

Il semble néanmoins que l'emprise du NPD sur la région s’effriterait en partie à cause de plusieurs annonces (Nouvelle fenêtre) très médiatisées concernant l'automobile faites par le chef du Parti progressiste-conservateur Doug Ford, dans la foulée de celles du premier ministre Justin Trudeau juste avant la campagne.

La chef du NPD Andrea Horwath fait une déclaration au micro en campagne électorale.

Le NPD pourrait perdre ses acquis dans la région de Windsor-Essex.

Photo : CBC / Evan Mitsui

Autre illustration des difficultés du NPD, deux de ses élus sortants ont décidé de ne pas solliciter d’autre mandat. Les députés provinciaux néo-démocrates d’Essex (Taras Natyshak) et de Windsor-Tecumseh (Percy Hatfield) ont annoncé ne pas se représenter aux élections provinciales.

Retombées des véhicules électriques

La plus grande annonce pour la région a eu lieu en mars, lorsque MM. Trudeau et Ford ont dévoilé une usine de batteries pour véhicules électriques de 4,9 milliards de dollars qui sera construite à Windsor et qui créera 2500 emplois.

M. Ford avait alors déclaré que cette usine allait changer la donne.

MM. Ford et Trudeau ont ensuite fait un autre arrêt à Windsor le 2 mai, quelques jours seulement avant le début de la campagne, pour annoncer que les usines Stellantis de Windsor et de Brampton seraient modernisées afin de participer aux efforts de l'entreprise pour fabriquer des batteries et des véhicules électriques.

L’économie de la région de Windsor repose sur l’industrie automobile qui a connu un énorme ralentissement ces dernières années, entraînant la perte de milliers d'emplois et la fermeture d'usines.

Ces annonces s’avèrent fondamentales pour l'avenir de la ville et de la région, selon Wayne Petrozzi, professeur émérite au Département de politique et d'administration publique de l'Université métropolitaine de Toronto.

Selon M. Petrozzi, les annonces de Doug Ford visent également à détourner l'attention de la première moitié de son mandat, au cours de laquelle son gouvernement n'a pas soutenu l'industrie automobile en pleine évolution en annulant le programme de remises sur les véhicules électriques, par exemple.

« C'est tout un contraste par rapport à il y a quatre ans où ils ont pratiquement ignoré la région. »

— Une citation de  Wayne Petrozzi, professeur émérite au département de politique et d'administration publique de l'Université métropolitaine de Toronto

Le stratège progressiste-conservateur Rob Gilmour constate pour cette élection un appui syndical sans précédent pour le PPC, y compris un endossement de la Fraternité internationale des chaudronniers alors que généralement les syndicats ne soutiennent pas la formation politique.

Un homme en costume. Derrière lui, on aperçoit une rivière.

Le maire d'Amherstburg, Aldo Di Carlo, pense que la gestion de la pandémie par les différents ordres de gouvernement va avoir un effet sur l'issue du scrutin. (Archive)

Photo : CBC/Aadel Haleem

Retombées de la pandémie

Le choix des Windsorois pourrait également dépendre du bilan de la pandémie.

Aldo DiCarlo, le maire sortant d'Amherstburg, situé dans le comté d'Essex, remarque que le débat reste polarisant. Il est même probablement un peu plus conflictuel que d'habitude, note-t-il.

Windsor a été durement touchée par la COVID-19, les hôpitaux étant à court de personnel alors que les patients continuaient d'affluer.

De nombreuses personnes se sont opposées aux mesures strictes de confinement et, plus récemment, les différents ordres de gouvernement ont été critiqués pour la gestion des blocages du pont Ambassador qui ont coûté des millions de dollars à la communauté.

Il s'agira d'une élection prise en tenaille entre les ravages de la pandémie et l’espoir d’un avenir économique prometteur, résume M. DiCarlo.

Avec les informations de Lisa Xing, CBC

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections 2022 en Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !