•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Avec le beau temps, des conseils pour une baignade en sécurité

La rivière Gatineau.

Tenté d'aller se baigner? Pas si vite, l'eau est encore froide (archives).

Photo : Radio-Canada / Simon Lasalle

Radio-Canada

Le beau temps et la chaleur sont de retour avec un mercure qui atteindra 32 degrés Celsius, vendredi, et un Humidex de 34, à Ottawa et Gatineau. L’occasion d’en profiter pour aller se baigner? Pas si vite, rappelle Raynald Hawkins, directeur général de la Société de sauvetage, division Québec.

La tentation est forte d’aller profiter des nombreux cours d’eau ou, le cas échéant, des piscines. La chaleur s'est installée dans la région depuis jeudi et elle sera encore là samedi.

Ce sont trois jours d'affilée avec des températures au-dessus de 30 degrés. C’est particulier parce que le niveau d’humidité n’est pas là, alors que d’habitude, quand on voit des températures aussi élevées, elles viennent avec un peu d’humidité et ça rend les conditions inconfortables pour tout le monde, explique Gerald Cheng, météorologue à Environnement et Changement climatique Canada.

Malgré l'envie qui pourrait traverser l'esprit de certains d'aller se baigner, M. Hawkins rappelle qu’il convient de rester prudent. La chaleur extérieure ne veut pas dire que l’eau est déjà chaude. Et en cas de baignade, le choc peut rapidement devenir intense.

Pour ceux et celles qui l’ont déjà tenté, on a l’impression que tout arrive d’un coup sec, et on veut retenir notre respiration, la douleur que l’eau froide peut provoquer dans notre organisme. Et quand on tombe de façon involontaire, ce choc thermique est encore plus intense et amène à déclencher une hyper ventilation. [...] Ce qui arrive, c’est qu’habituellement, au bout d’une minute, on perd un peu la notion de bien garder notre sang-froid et là, on peut tomber inconscient. Et dans un cours d’eau naturel, sans veste de flottaison, il y a un risque de noyade, prévient M. Hawkins en entrevue à l’émission Les Matins d’ici.

Il cite la règle 1-10-1 établie par l’Université du Manitoba.

Vous avez une minute pour prendre le contrôle de votre respiration quand vous tombez de manière involontaire dans l’eau froide, vous avez 10 minutes de force musculaire avant que l’eau froide fasse en sorte que ça devienne très difficile de pouvoir rembarquer dans une embarcation ou peut-être même de nager vers l’endroit le plus sûr et finalement, vous avez peut-être l’équivalent d’une heure avant l’hypothermie, quand la température de l’eau est tellement froide que la température du corps s’abaisse en bas des 37 degrés.

Il préconise donc la plus grande prudence dans l’eau, près de l’eau ou sur l’eau, particulièrement à ce moment de la saison, même s’il fait très chaud à l’extérieur.

Ne jamais se baigner seul

M. Hawkins recommande donc de ne jamais rester seul près, sur ou dans l’eau, expliquant que 50 % des accidents surviennent quand les personnes sont seules.

À partir du moment où vous êtes seul, que vous avez une défaillance ou une difficulté, il n’y a personne pour pouvoir vous extirper de l’eau, personne pour vous aider, personne pour déclencher le 911.

Il conseille également de toujours porter son dispositif de flottaison, même quand on ne compte pas nécessairement se baigner, citant l’exemple récent de deux personnes qui ont ainsi pu être sauvées à Quyon, en Outaouais, après que leur canot ait chaviré.

Les accidents peuvent toucher tout le monde, rappelle-t-il.

Des fois, c’est cette notion de témérité. On pense que ça ne nous arrivera jamais.

Les personnes qui disposent de piscine doivent aussi veiller à en contrôler l'accessibilité.

Les accidents peuvent être évités en apprenant à nager. Mais dans les écoles, les programmes mis en place pour apprendre comment réagir quand on tombe dans l’eau ont connu des difficultés avec la pandémie.

La pandémie a joué un peu contre nous, car on n’a pas été en mesure de faire ce déploiement auquel on s’attendait. On reprend du service. Mais ce qu’on sait, c’est que ça fait deux ans que les enfants ne suivent pas de cours de natation, indique-t-il, encourageant adultes et enfants à apprendre à nager.

Une façon de profiter de l'été à nos portes en toute sécurité, alors que les températures devraient revenir à la normale à partir de dimanche, mais que des vagues de chaleur ne sont pas à exclure au cours des prochains mois, prévient M. Cheng.

Avec les informations de Gabriel Le Marquand Perreault

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !