•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ils sont prêts », le plus grand exercice militaire du Canada face à la guerre en Europe

Deux militaires debout arme à la main.

Le plus grand exercice militaire au pays, Maple Resolve, a lieu chaque année sur la base militaire de Wainwright en Alberta.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Le plus important et complexe exercice d'entraînement de l'Armée canadienne, MAPLE RESOLVE, a lieu jusqu'au 22 mai à la base militaire de Wainwright en Alberta. La ministre de la Défense, Anita Anand, s'est rendue sur place pour l'occasion. Le tout alors que le Canada se trouve dans un contexte géopolitique unique.

Pendant 12 jours, près de 2800 soldats canadiens, britanniques et américains s’entraînent sans arrêt sur un terrain de 625 km2, soit plus grand que l’île de Montréal (472 km2).

Véhicules blindés, hélicoptères, tranchées : tout est réel pendant ces missions qui alternent tactiques d’attaque et de défense, sauf les munitions des armes qui sont remplacées par des lasers comme dans un jeu de laser tag grandeur nature.

Nous simulons une invasion à laquelle nous, les alliés, devons réagir, explique le Colonel Éric Landry, commandant du 2e Groupe-brigade mécanisé du Canada.

Il a des caméras, des capteurs et des GPS sur les soldats pour pouvoir rejouer toute la bataille qui se déroule sur le terrain, apprendre de nos erreurs et nous améliorer.

Cet exercice est essentiel pour les troupes, selon le Colonel Patrick Robichaud, commandant du Centre canadien d’entraînement aux manœuvres.

Travailler avec les troupes alliées, comprendre comment ils fonctionnent ensemble, ça rassure les troupes et établit une relation de confiance entre les différents éléments de la Force canadienne et internationale, explique-t-il ce jeudi matin.

Quand ils sont appelés pour des missions à l'extérieur du pays, ils ont déjà cette confiance de pouvoir opérer ensemble.

Le Colonel Patrick Robichaud à la base militaire de Wainwright en Alberta le 12 mai 2022.

Le Colonel Patrick Robichaud est commandant du Centre canadien d’entraînement aux manœuvres.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Scénario ressemblant à la Lettonie

Cet entraînement grandeur nature a lieu dans un contexte géopolitique particulier. Le Canada a envoyé des armes en Ukraine, envahie par la Russie, et des soldats en Pologne pour une mission humanitaire.

L’exercice actuel semble encore plus réel pour les soldats en raison du contexte actuel en Europe, selon le Général Wayne Eyre, chef d'état-major de la Défense. Ils sont prêts. Le monde est dangereux et nous devons être prêts à partir dès ce soir, si nécessaire, rajoute-t-il.

Un militaire porte un casque sur lequel est posé du matériel lui permettant de se fondre dans son environnement.

Les soldats sont principalement canadiens, britanniques et américains. Deux viennent d'Australie et un de France.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

Actuellement, nous avons 3400 membres des Forces armées canadiennes en état d’alerte, rappelle la ministre de la Défense, Anita Anand, présente à la base militaire de Wainwright.

Des soldats présents à Wainwright pourraient d’ailleurs être déployés en Lettonie l'hiver prochain pour y renforcer la présence de l’OTAN.

Mise au point : Une version précédente de ce texte disait que des soldats présents à Wainwright seront bientôt déployés en Lettonie. Certains d'entre eux pourraient y être déployés l'hiver prochain, a précisé le ministère de la Défense.

Pour finaliser leur formation, l’exercice militaire reproduit des conditions ressemblant à celle de Lettonie, pays de l’OTAN voisin de la Russie. Les cartes utilisées par les troupes ont des noms de villes et de routes lettonnes bien réelles.

Un char d'assaut camouflé parmi des arbres.

L'exercice militaire se fait dans des conditions réelles. Les munitions des armes sont remplacées par des lasers inoffensifs.

Photo : Radio-Canada / Axel Tardieu

L'exercice aujourd'hui est une invasion venant de l'Est vers les pays baltes ce qui est fondamentalement inspiré du conflit actuel en Europe, précise la ministre de la Défense qui a rappelé qu'Ottawa a octroyé 500 millions de dollars supplémentaires en aide militaire destinée à l'Ukraine dans son budget de 2022.

Quelle priorité pour le Canada?

Les forces armées canadiennes ont-elles les moyens de leurs ambitions? Pas autant qu’avant, selon Pierre St-Cyr, colonel des Forces armées canadiennes à la retraite.

Avec le temps, les Forces canadiennes ont connu un déclin dans leurs équipements. Nous n'avons pas pu obtenir les équipements appropriés au bon moment.

Maintenant, nous avons une grande liste d'épicerie juste pour nous maintenir comme force militaire et par la suite il va y avoir une autre liste compte tenu des menaces identifiées, explique-t-il.

Face aux difficultés de recrutement et aux équipements vieillissants, des experts disent qu’Ottawa doit décider quelle est la priorité pour ses prochains investissements.

À cela, la ministre de la Défense, Anita Anand, a répondu jeudi matin : Il n'y a pas de scénario où la défense du continent nord-américain ne soit pas la priorité. Nous nous assurons toujours que l'Arctique soit bien protégé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !