•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des communautés ténoises accueillent les évacués de Hay River

Des lits de camp sont disposés dans un aréna le 12 mai 2022.

La ville de Yellowknife accueille les évacués de Hay River dans son complexe sportif.

Photo : Radio-Canada / Marc Winkler

Depuis jeudi, le centre sportif de Yellowknife accueille les personnes évacuées de Hay River qui ont fait 5 heures de route pour se rendre dans la capitale ténoise.

De nombreux résidents ont fait le voyage de nuit pour échapper à la montée soudaine des eaux dans la petite ville du sud des Territoires du Nord-Ouest. Tous les évacués sont invités à s'inscrire auprès des autorités dans les centres d’accueil ou par téléphone, au 1 833 699-0188.

Les autorités affirment que, en tout, l’aréna du centre peut accueillir jusqu’à 660 personnes, mais que d’autres lits pourraient être installés si le besoin se faisait sentir.

Selon la sous-ministre des Affaires municipales et communautaires, Laura Gareau, il y avait 93 personnes enregistrées à Yellowknife, jeudi après-midi, dont 53 dormaient sur place. La capitale ténoise n’est cependant pas la seule ville des T.N.-O. à accueillir les personnes dans le besoin.

Fort Providence accueille 63 personnes. La plupart d'entre elles sont de la Première Nation K'atl'odeeche. Plusieurs personnes se sont également réfugiées à Enterprise, mais les autorités ne savent pas exactement combien.

Une quatrième communauté, Fort Smith, est prête à recevoir 50 personnes, si cela est nécessaire, a assuré Laura Gareau lors d'une conférence de presse jeudi.

Elle a ajouté que l’une des difficultés actuelles, pour les autorités, était de savoir combien de personnes allaient arriver au centre sportif de Yellowknife dans les jours qui viennent.

Le gouvernement privilégie la sécurité

Durant la conférence de presse, le ministre des Affaires municipales et communautaires, Shane Thompson, a affirmé de son côté que la priorité du gouvernement était la santé et la sécurité des habitants de Hay River et de la Première Nation K'atl'odeeche.

S’il vous plaît, ne retournez pas dans vos communautés avant qu'il soit sécuritaire de le faire, a-t-il demandé aux personnes évacuées jeudi.

Des gens sont assis à des tables du centre sportif de Yellowknife, le 12 mai 2022.

Les personnes évacuées de Hay River qui sont arrivées à Yellowknife sont invitées à s'inscrire au centre sportif.

Photo : Radio-Canada / HANNAH PAULSON

Caroline Cochrane, la première ministre des Territoires du Nord-Ouest, qui a qualifié la situation de désastreuse, a tenu à témoigner son soutien aux personnes évacuées. Elle a aussi affirmé que le gouvernement sera présent au moment où les réparations commenceront.

Nous savons que les temps sont difficiles, mais quand ce sera le bon moment et que nous pourrons avoir accès aux dommages, je promets de m’assurer que nous serons capables de soutenir la reprise et le retour dans nos communautés du mieux que nous le pouvons.

Shane Thompson a ajouté que la politique d’aide en cas de sinistre, qui consiste à octroyer une aide financière aux individus ou aux petites entreprises pour faire face à une catastrophe, a été mise à jour pour répondre aux besoins des personnes touchées par les inondations.

L’organisme Centraide des Territoires du Nord-Ouest a annoncé, pour sa part, avoir lancé une campagne de financement pour soutenir les évacués de Hay River. En attendant que l’argent arrive, Centraide dit qu'il utilise ses fonds internes pour déployer les premières mesures d’aide.

L’organisme a conclu un partenariat avec le gouvernement territorial : le territoire versera à l’organisme le même montant que celui qui sera amassé, jusqu’à concurrence de 150 000 $.

Des entreprises privées ont également affirmé qu'elles allaient participer à la cagnotte de l’organisme de charité.

La situation continue à évoluer rapidement du côté de Hay River. Les niveaux d'eau sont extrêmement changeants [...] et des changements rapides [...] restent possibles , précise le dernier rapport du gouvernement.

Les autorités territoriales n’excluent pas de demander l’aide de l’armée, si le besoin s’en faisait sentir.

Avec des informations de Claudiane Samson

Bannière promotionnelle avec le texte : Explorez les histoires du Grand Nord, ICI Grand Nord

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !