•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lennox Island et Ottawa s’entendent sur la pêche de subsistance

L’arrangement provisoire porte sur la pêche au homard que vient d'entamer cette communauté.

Un homme transporte une caisse de homard.

Les premiers homards issus de la pêche de subsistance ont été débarqués lundi au port de Lennox Island.

Photo : Julien Lecacheur

Radio-Canada

Le ministère des Pêches et des Océans et la Première Nation de Lennox Island, à l'Île-du-Prince-Édouard, ont conclu une entente pour la poursuite de la pêche au homard entamée par les Autochtones ces derniers jours.

La pêche n'avait pas été autorisée par le ministère fédéral avant son début, le 7 mai, ce qui signifie que les Autochtones risquaient des amendes et la saisie de leur équipement.

L’entente conclue est qualifiée d’arrangement provisoire par le ministère des Pêches et des Océans (MPO).

Les membres de la communauté feront une pêche de subsistance convenable cette année. Ils pêcheront un maximum de 300 casiers dans la zone de pêche au homard (ZPH) et 24 pendant le reste de la saison de pêche commerciale du homard du printemps 2022, écrit le MPO, jeudi.

L’arrangement stipule aussi que la communauté de Lennox Island pourra pêcher un maximum de 700 casiers dans la zone 25 pendant la saison d’automne 2022.

La cheffe de Lennox Island, Darlene Bernard, dit qu'elle était optimiste tout au long du processus.

Je suis heureuse que notre plan de gestion ait reçu le soutien du MPO, afin d'assurer la sécurité de nos membres lorsqu'ils sont sur l'eau, a-t-elle mentionné jeudi dans une déclaration écrite.

Depuis le début de la pêche, il y a quelques jours, aucun casier à homard n'avait été saisi par le MPO.

Cependant, certains pêcheurs autochtones ont dit avoir eu de la difficulté à mettre leurs bateaux à l'eau. Ils affirment qu'ils n'ont pas pu engager certaines compagnies de transport de bateaux, car celles-ci auraient préféré s'abstenir après avoir été menacées de boycott par des pêcheurs non autochtones.

Cet arrangement provisoire ne représente pas un nouvel effort de pêche dans ces zones. Les agents des pêches continuent de patrouiller pour assurer le respect des règles et de promouvoir une pêche pacifique et ordonnée, a précisé Pêches et Océans Canada, jeudi.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.