•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hausse des prix frappe aussi le monde de l’horticulture

Des plants dans une grande serre.

La Pépinière Boréalis regorge de plants de toutes sortes.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Katya D'Amour

Les propriétaires de pépinières et de jardins sont catégoriques : le jardinage a encore la cote en ce début de saison. La hausse des prix des plantes ne semble pas avoir freiné cet engouement.

Les producteurs horticoles s’attendent à une saison aussi exceptionnelle que celle de l’année passée. Les récentes températures chaudes encouragent les clients à se précipiter dans les centres de jardinage.

On sent vraiment que les gens ont été tannés de l'hiver. Ils veulent jardiner, ils veulent aller dehors parce qu'ils ne l'ont pas beaucoup fait cet hiver. On voit donc un très gros engouement pour tout ce qui entoure les plantes, le jardin, les platebandes, constate le propriétaire de la Pépinière Boréalis à Arvida, Mathieu Ouellet.

Une homme en entrevue.

Mathieu Ouellette de la Pépinière Boréalis reçoit de nombreux clients ces temps-ci.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

En raison des températures hivernales qui se sont prolongées, la saison des plants de légumes a dû être retardée d’une dizaine de jours environ. La clientèle pourra enraciner ses plants vers le 20 mai afin d’éviter tout risque de gel. À défaut de ce léger retard, la qualité devrait être encore plus élevée.

Les gens vont avoir des plants encore plus beaux. Au lieu d'avoir des plants très hauts, ils vont être plus trapus, plus bas, plus petits, mais forts. La tige sera forte, sera belle, explique le propriétaire des Jardins Gobeil à Chicoutimi, Yvon Gobeil.

Les horticulteurs devraient avoir une quantité suffisante de plantes pour répondre à la demande. Certains types de plants plus prisés sont cependant disponibles en nombre limité. Certaines personnes ont déjà effectué leur réservation pour s’assurer de mettre la main dessus.

Un homme discute dans une serre remplie de fleurs.

Yvon Gobeil est le propriétaire des Jardins Gobeil.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Il y a vraiment un gros engouement pour les petits fruits. C’est ce qui est le plus en demande. Tout ce qui est pommiers, pruniers, poiriers, camerisiers, c’est extrêmement populaire. Les gens veulent réserver d'avance pour être sûrs de les avoir, parce que c'est certain que pour les arbres fruitiers on a un petit peu plus de limitations en ce qui concerne les quantités , observe M. Ouellet.

De son côté, Yvon Gobeil remarque une grande popularité pour les grands plants de tomates.

Des prix à la hausse

Les propriétaires de pépinières et de jardins n’ont pas été épargnés par l’augmentation des coûts qui touchent plusieurs autres secteurs. Aux Jardins Gobeil, c’est surtout la facture de l’huile de chauffage qui s’est alourdie.

Depuis le mois de mars à venir jusqu'à aujourd'hui le prix de l'huile à chauffage a augmenté de 160 %. C'est fou, complètement fou. Je demande que le gouvernement du Québec intervienne vite et rapidement auprès de ces monstres du pétrole qui sont en train d'étrangler toutes les petites entreprises comme la nôtre, se désole M. Gobeil.

Des plants de basilic.

La demande explose dans les entreprises horticoles.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Pour le propriétaire de la Pépinière Boréalis, ce sont tous les produits provenant de fournisseurs étrangers qui augmentent considérablement.

Les engrais, les pots, le chauffage coûtent extrêmement plus cher. On a des augmentations de prix de 40 à 45 %, avance Mathieu Ouellet.

Des graines dans des sachets à vendre.

L'engouement du jardinage ne semble pas faiblir.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Les producteurs horticoles ont donc été forcés d’augmenter leurs prix. En ce qui concerne Yvon Gobeil, il a tout de même essayé de minimiser cette hausse pour ses clients. Les plants de légumes affichent des montants de 6 à 12 % plus élevés que l’an dernier.

Mon équipe et moi, on a convenu ensemble qu'il fallait au moins récupérer quelque chose, une partie des coûts qu’on a défrayés, mais jamais, jamais, autant que ce que certains fournisseurs, affirme M. Gobeil.

Des plants de concombres.

Les Jardins Gobeil offrent une grande variété de plants de légumes.

Photo : Radio-Canada / Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !