•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les urgences débordent en Estrie 

Chargement de l’image

L'urgence de l'hôpital Fleurimont, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Radio-Canada

Les urgences débordent un peu partout au Québec, y compris en Estrie. La situation est difficile, alors que dans certains établissements de santé, le taux d'occupation a dépassé les 200 % pendant la journée.

La situation est sans précédent pour cette période de l’année, selon la Dre Marie-Maude Couture, cheffe de l’urgence de l’Hôpital Fleurimont. Elle qualifie la situation de très intense. 

« C’est assez intense depuis quelques semaines dans les urgences, parce qu’on a beaucoup de virus qui circulent actuellement, comme si on vivait l’hiver, mais au printemps. »

— Une citation de  Dre Marie-Maude Couture, cheffe de l’urgence de l’Hôpital Fleurimont

C’est sûr qu’avec le déconfinement et la baisse des mesures sanitaires, on vit beaucoup d’influenza, de la gastro, de la COVID encore et probablement plein d’autres virus, ajoute-t-elle. 

Au Centre hospitalier du CSSS de Memphrémagog, le taux d’occupation a notamment dépassé les 200 % en journée jeudi. En début de soirée, il était descendu à 186 %.

Taux d’occupation à 17 h 15 jeudi

Établissement de santé

Taux d'occupation

Centre de santé du CSSS de Memphrémagog

186 %

Centre hospitalier de Granby

155 %

Hôpital Fleurimont

154 %

Hôtel-Dieu

130 %

CSSS du Granit

100 %

Chargement de l’image

L'urgence de l'hôpital Memphrémagog, en Estrie.

Photo : Radio-Canada / Bertrand Galipeau

Garder l'urgence pour les urgences

Pour les patients qui ont une condition non urgente, les délais d'attente sont donc très longs, et peuvent même doubler par rapport à la normale. 

Les patients qui ont un problème urgent continuent tout de même de recevoir des soins dans des délais acceptables, précise toutefois la Dre Couture. 

Elle rappelle de seulement se rendre dans les urgences en cas d'urgence.

C’est sûr que si on a un virus, que ce soit la grippe, la gastro ou la COVID, si nos symptômes sont mineurs, si on tousse, on fait de la fièvre, on a mal dans les muscles, mal à la gorge, un peu de diarrhée, on peut rester à la maison et ça peut être prudent de le faire comme ça aussi. L’important, c’est de se reposer, de s’hydrater, suggère-t-elle. 

Des ressources existent aussi pour les personnes qui ont des questions sur leur état de santé. 

« Dans le doute, on consulte le 811. Il y a les pharmaciens, qui sont une bonne source d’informations. Les cliniques, qu’on ait un médecin de famille ou non, on consulte la clinique la plus proche de chez nous et elles sont capables de donner des rendez-vous à court terme. »

— Une citation de  Dre Marie-Maude Couture, cheffe de l’urgence de l’Hôpital Fleurimont

La plupart des virus, à l’intérieur de 48 h, ça va déjà mieux, conclut-elle. 

La Dre Couture a bon espoir que l'intensité des virus redescendra au cours des prochaines semaines, ce qui permettra de diminuer un peu la pression sur les urgences.

Avec les informations de Marie-Hélène Rousseau

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !