•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

202 200 $ pour avoir brûlé les jambes d’une spectatrice en mettant le feu à sa guitare

Un concert vu depuis la foule.

Lors d’un concert en mai 2011 à Vancouver, les jambes d'une spectatrice ont été gravement brûlées quand un guitariste a mis feu à son instrument pour imiter le geste de Jimi Hendrix lors d'un concert au festival pop de Monterey en 1967.

Photo : Shutterstock / dwphotos

Dans une décision déposée le 10 mai dernier, un juge de la Cour suprême de la Colombie-Britannique octroie 202 200 $ de dommages et intérêts à une spectatrice victime de brûlures aux jambes après une cascade pyrotechnique mal maîtrisée lors d’un concert.

Les faits remontent à mai 2011. Celia Langston-Bergman, alors âgée de 20 ans, est étudiante en danse contemporaine à l'Université Simon Fraser. Elle assiste avec son compagnon à un concert de rock indépendant, dans le petit local connu des amateurs du genre, le Winnie Cooper, dans le quartier chinois de Vancouver.

Le groupe Boogie Monster, composée du guitariste Ben Fussel et du batteur Tony Dallas, est sur scène devant une cinquantaine de personnes regroupées en cercle.

Pour clôturer la prestation, Ben Fussell se lance dans un exercice pyrotechnique, semblable à celui réalisé sur scène par le regretté guitariste Jimi Hendrix en 1967, lors du festival pop de Monterey : il met le feu à sa guitare.

Selon les conclusions du juge Harry Slade, de la Cour suprême de la Colombie-Britannique, Ben Fussell a posé sa guitare devant lui sur le sol, l'a aspergé d'un liquide contenu dans une bouteille d'eau, puis y à mis feu au milieu de la foule environnante.

L'énoncé des faits contenu dans la décision du juge déclare que, selon le témoignage de Celia Langston-Bergman, il y a alors eu une énorme flamme. M. Fussell a semblé paniquer, a laissé tomber la bouteille et a eu l'air de la repousser loin de lui d'un coup de pied.

Le liquide en flammes a coulé jusqu'à l'endroit où se tenait la jeune femme et s'est répandu sur ses jambes.

Les jambes en feu, elle s'est dirigée vers la sortie et a été arrêtée par son compagnon qui, avec l'aide d'autres personnes, a étouffé les flammes.

Une fois à l'extérieur, la jeune femme a essayé de refroidir ses brûlures avec l'eau d'une flaque, avant d'être transportée à l'hôpital en ambulance.

Selon le jugement, Celia Langston-Bergman souffrait de graves brûlures sur la face interne des deux jambes, sous les genoux.

Elle a été admise dans le service des grands brûlés et, après d'autres traitements, a subi deux opérations de greffe de peau, toutes deux sous anesthésie générale.

Elle a décidé de poursuivre les musiciens et l'organisateur du concert pour négligence. Le procès s’est déroulé en octobre 2021.

Durant les auditions, Celia Langston-Bergman a expliqué que ses blessures l'ont contrainte à abandonner la carrière de danseuse ou de professeure de danse à laquelle elle se destinait. La jeune femme s’est réorientée dans ses études et a obtenu un diplôme d’infirmière.

Toutefois, elle hésite à travailler aux urgences ou aux soins intensifs, malgré le salaire légèrement plus élevé, car elle ne veut pas traiter les brûlés, écrit le juge dans sa décision.

Pour compenser l'impact physique et émotionnel, le juge Harry Slade a accordé à la plaignante des dommages et intérêts d'un montant de 135 000 $, et une compensation de 67 200 $ pour la perte de revenu.

Le juge Slade a déclaré que l'organisateur du concert, Tristan Orchard, et le guitariste Ben Fussell étaient responsables des blessures subies par la jeune femme.

Il était prévu que M. Fussell ne réalise pas la cascade, et M. Orchard a violé l'obligation légale d'assurer la sécurité des personnes assistant au spectacle , a déclaré le juge.

Toujours selon les conclusions du juge, le batteur Tony Dallas, qui s'était opposé à cet effet scénique, avait des motifs raisonnables de croire que M. Fussell n'exécuterait pas la cascade et n'avait donc aucune raison d'avertir le public. Il a été déclaré non responsable.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.