•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des évacués des inondations de Peguis contraints d’aller à Brandon

Une famille transporte des bouteilles d'eau, des couches et des boîtes sur un trottoir de Winnipeg, le 12 mai 2022.

Des évacués de la Première Nation de Peguis, touchés par les inondations, préparent leur transfert vers un hôtel de Brandon.

Photo : Radio-Canada / Jeff Stapleton

Radio-Canada

Des évacués des inondations de la Première Nation de Peguis sont contraints de se rendre à Brandon à cause d’une pénurie de chambres à Winnipeg.

Cette pénurie est due à des réservations faites à l’avance pour des chambres d’hôtel dans la capitale manitobaine.

Le porte-parole de la Croix-Rouge, Jason Small, indique que l'organisme humanitaire ne pourra donc plus compter sur 180 chambres à Winnipeg.

Cette situation incite la Croix-Rouge à déplacer les membres de la Première Nation de Peguis vers Brandon, qui se trouve à environ 360 kilomètres au sud-ouest de leur communauté.

Lorsqu’ils sont à Winnipeg, les évacués sont à environ 180 kilomètres au sud de la Première Nation de Peguis.

Plus de 1900 personnes ont été évacuées de la Première Nation de Peguis depuis le début du mois de mai en raison des inondations.

M. Small reconnaît que cette situation n’est pas idéale, mais que la Croix-Rouge a déjà procédé à des transferts d’évacués dans le passé.

Il assure également que Brandon a la capacité de les recevoir.

Un des avantages à Brandon, c'est que nous avons accès à beaucoup de chambres d’hôtel et que c’est stable, affirme M. Small.

Jason Small indique que certains évacués sont mécontents d’être déracinés, alors que d’autres acceptent leur sort.

Quand on est dans une situation d’urgence, on prend ce qui nous est offert, on ne peut pas choisir, dit Tucker Cochrane, membre de la Première Nation de Peguis.

Lorne Spence est photographié devant la porte vitrée d'un hôtel de Winnipeg, le 12 mai 2022.

Lorne Spence est un membre de la Première Nation de Peguis qui loge dans un hôtel de Winnipeg.

Photo : Radio-Canada

J’aimerais rester ici pour pouvoir retourner à Peguis voir l’état des lieux quelques fois par semaine, mais si je dois y aller [à Brandon], j’imagine que j'irai, affirme pour sa part Lorne Spence, qui a lui aussi dû quitter la communauté de Peguis à cause des inondations.

Jason Small affirme que la Croix-Rouge collabore avec les dirigeants de Peguis pour maintenir les familles ensemble et pour déterminer quels membres de la communauté devraient rester à Winnipeg.

Avec des informations de Meaghan Ketcheson et de Jérémie Bergeron

Inondation de 2022 au Manitoba

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !