•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

OpenSea veut freiner la contrefaçon de jetons non fongibles

Illustration montrant des oeuvres numériques transformées à la chaîne en jetons non fongibles.

OpenSea a du mal à éradiquer la fraude sur sa plateforme.

Photo : Radio-Canada / Camile Gauthier

Radio-Canada

La plateforme d’achat et de vente de jetons non fongibles (JNF) OpenSea a dévoilé jeudi qu’elle met en place de nouvelles mesures afin de déceler les œuvres numériques frauduleuses sur son site.

L’entreprise estimait en janvier 2022 que plus de 80 % des œuvres numériques créées gratuitement sur la plateforme étaient de la fraude, du plagiat ou de fausses collections.

Mais voilà que la plateforme souhaite limiter ce fléau au moyen d’un système qui s’occupera de détecter les faux JNF et vérifiera les comptes qui les mettent en vente.

Que sont les jetons non fongibles?

Les jetons non fongibles (non-fungible tokens, ou NFT, en anglais) constituent une sorte de certificat d’authenticité pour une œuvre, dont l’historique de propriété est conservé et accessible publiquement grâce à la technologie de la chaîne de blocs.

Parmi les changements annoncés pour les utilisateurs et utilisatrices, on compte la suppression des fausses copies (copymints) de JNF à l’aide d’un système automatisé de reconnaissance d’images. Celui-ci épluchera en permanence l’ensemble des collections publiées sur OpenSea.

Le système compare [les images] à un ensemble de collections authentiques, en commençant par les collections les plus copiées – nous recherchons les inversions, les rotations et autres permutations, a indiqué Anne Fauvre-Willis d’OpenSea dans un billet de blogue.

Les irrégularités repérées se transforment en recommandations de retraits, qui sont ensuite envoyées à une équipe d’êtres humains responsables de les examiner.

« Nous nous engageons à trouver le juste milieu entre la suppression des copies et la possibilité de laisser prospérer les montages (remix) qui apportent une contribution substantielle. »

— Une citation de  Extrait du billet de blogue d’OpenSea

L’entreprise a précisé qu’elle était déjà parvenue à détecter de faux JNF à l’aide sa technologie, qu’elle compte étendre dans les prochaines semaines.

Des comptes vérifiés

Les comptes possédant un volume d’au moins 100 ethereum (une cryptomonnaie), c’est-à-dire environ 267 000 $ canadiens), sur OpenSea pourront désormais obtenir des badges qui servent à étiqueter les collections de JNF particulièrement populaires. Ces comptes devront être vérifiés par la plateforme – comme on le fait par exemple à l’aide d’un crochet bleu sur un compte Facebook ou Twitter.

Il faudra donc posséder une grande collection pour se faire inviter par OpenSea à obtenir ce gage d’authenticité, un critère qui sera élargi dans le futur, selon l’entreprise.

Un nom de profil, un nom d’utilisateur, une adresse courriel vérifiée et un compte Twitter connecté seront aussi nécessaires pour la vérification du compte.

Ces nouvelles exigences devraient décourager des malfrats, qui choisissent souvent de s’attaquer aux JNF en raison de l’anonymat (pseudonymes, faux sites web, etc.) qui y règne.

Avec les informations de Engadget, et The Verge

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !