•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ligne Micoua-Saguenay : un nombre anormalement élevé de pièces d’acier inadéquates

Des travailleurs montent des pylônes.

monteurs de ligne, pylônes d'hydro-quebec, ligne Micoua-Saguenay, dans le secteur de Jonquière.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

La ligne à 735 kV Micoua-Saguenay qu'Hydro-Québec construit entre Baie-Comeau et Saguenay risque de coûter encore plus cher que le milliard de dollars annoncé récemment, en raison d'un nombre de pièces d'acier inadéquates beaucoup plus élevé que d'habitude.

Cette situation retarde le travail des constructeurs de pylônes.

Du côté d’Hydro-Québec, Vincent Paquin, conseiller en relations avec le milieu, explique qu'il est normal d'avoir des ajustements à faire sur un chantier de 588 pylônes comme la ligne Micoua-Saguenay. Mais dans ce cas-ci, il parle d'un nombre anormalement élevé d'erreurs.

On a eu plusieurs, depuis janvier dernier, livraisons de lots de pièces d'acier qui étaient défectueuses. Il s'agit de pièces trop longues ou trop courtes, dont les trous de fixation ne sont pas au bon endroit ou qui sont absentes du lot prévu pour un pylône.

Vincent Paquin confirme que ces erreurs pourraient entraîner des frais importants pour les constructeurs de la ligne, les entreprises TCI-Arno, Vallard et Hamel Construction.

C'est certain qu'il va y avoir des coûts supplémentaires parce qu'il faut faire des correctifs. Mais là, on est en train d'évaluer les coûts par rapport aux pylônes qui ont déjà été érigés. Par la suite, on va faire les analyses qu'il faut, mais on s'attend à ce qu'il y ait effectivement des coûts supplémentaires, a-t-il poursuivi.

Plus tôt cette année, le consortium TCI-Arno, responsable de la construction des pylônes au nord des monts Valin (la section D), a refusé une livraison quotidienne de matériel pour signifier son mécontentement. Vincent Paquin précise que le chantier n'a pas été paralysé. C'est correct, on a bien reçu le message. On est en contact constant avec eux pour trouver des solutions et aller de l'avant, a ajouté Vincent Paquin.

De son côté, l'entreprise ne veut pas commenter.

Chez Hamel Construction qui construit la portion au nord de la MRC La Haute-Côte-Nord (section C), le gérant de projet Pierre-Luc Grenon confirme un taux plus élevé que la normale de pièces défectueuses. Chacun des incidents est signalé à Hydro-Québec.

L'entreprise est en processus d'analyse pour déterminer s'il y aura des réclamations financières et se concentre actuellement sur les travaux pour livrer la ligne le plus rapidement possible.

Locweld assume ses torts

Chez le fabricant des pylônes, le président de Locweld, Pierre Lavoie, admet un nombre anormalement élevé d'erreurs de fabrication. Pour ce qui est des pièces défectueuses, c'est nous qui assumons les coûts. On remplace ça à aucun coût pour Hydro-Québec, à moins que ce ne soit une erreur d'Hydro-Québec dans un dessin qu'ils ont fait.

Il précise que les pièces défectueuses sont la plupart du temps destinées à certains types de pylônes en particulier et qu'elles sont fabriquées en Inde par une compagnie américaine. Dans le fond, on a sous-traité une partie de notre fabrication pour respecter les échéanciers d'Hydro-Québec. Dans ceux sous-traités, on a un petit peu plus de difficulté que dans les nôtres, a-t-il admis.

Pierre Lavoie précise qu'un mécanisme prévoit que chacune des pièces défectueuses est signalée par Hydro-Québec et remplacée dans les meilleurs délais.

Plusieurs écueils

La construction de la ligne Micoua-Saguenay n'en est pas à ses premières difficultés. En mars dernier, Hydro-Québec annonçait que la mise en service allait se faire quelques mois plus tard que l'échéancier prévu en fin d'année 2022.

Hydro-Québec avait aussi annoncé l'an dernier que le projet coûtera 25 % plus cher que prévu en raison de la crise sanitaire et du manque de main-d'oeuvre.

Elle avait aussi indiqué l'an dernier avoir des difficultés d'approvisionnement en acier pour ses pylônes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !