•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un juge recommande de fouiller les employés d’une prison d’Edmonton en quête de drogue

Chargement de l’image

Le juge Kirk MacDonald, de la Cour provinciale, s’est penché sur les méthodes par lesquelles les drogues illicites circulent dans le Centre de détention provisoire d'Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Scott Neufeld

Radio-Canada

Les enquêtes sur le décès par surdose de deux détenus du Centre de détention provisoire d’Edmonton ont conduit un juge de la Cour provinciale à recommander un renforcement des mesures de prévention du trafic de drogue de l'établissement, dont la mise en place de fouilles aléatoires du personnel.

Dans un rapport publié mercredi, le juge Kirk MacDonald s’est notamment penché sur les méthodes par lesquelles les drogues illicites circulent dans la prison, un facteur commun entre les deux décès.

L’un des codétenus est mort accidentellement d’une intoxication au fentanyl, le 14 mai 2016. L’autre est mort le 1er septembre de la même année d’un empoisonnement accidentel au fentanyl et aux méthamphétamines.

Le personnel du centre de détention doit faire preuve de souplesse, souligne le juge dans son rapport. Les détenus sont créatifs dans leurs moyens de contourner les mesures en place.

Au cours de l’enquête, le personnel carcéral a donné des précisions sur les pratiques des détenus qui entrent en prison. Ils peuvent, par exemple, cacher la drogue sur eux, mais aussi dans leur corps à l’aide de préservatifs, d'œufs Kinder ou de pellicules plastiques.

Une fois les drogues à l’intérieur de la prison, les détenus utilisent parfois une pratique appelée pêche, dans laquelle ils utilisent une ficelle ou encore un fil récupéré sur une couverture pour passer des colis entre les cellules.

Le juge MacDonald affirme cependant que non seulement la fouille quotidienne de tout le personnel serait coûteuse, mais qu'elle prendrait trop de temps. Selon lui, les fouilles aléatoires auraient un effet dissuasif suffisant.

Cinq recommandations pour limiter le trafic de drogue

Le juge Kirk MacDonald préconise donc cinq changements au centre de détention provisoire d’Edmonton :

  • tout le personnel devrait être soumis à des fouilles aléatoires à l'entrée;
  • tous les visiteurs doivent être contrôlés et fouillés à l'entrée, ce qui inclut la fouille corporelle;
  • des caméras de sécurité doivent être installées dans les ailes où des détenus sont morts;
  • les couvertures fournies aux détenus qui se trouvent dans des cellules dites sèches, c'est-à-dire des cellules sans toilette, doivent être résistantes afin d'éviter qu'elles ne soient transformées en cordes utilisées pour la pêche;
  • les cellules adjacentes aux cellules sèches occupées devraient être vides.

Le porte-parole du ministère de la Justice de l’Alberta indique, de son côté, que le gouvernement examine actuellement ces recommandations. Il précise cependant que le personnel correctionnel est déjà formé et prêt à intervenir en cas de surdose d’opioïdes.

L’avocate et présidente de l’Alberta Prison Justice Society Amanda Hart-Dowhun pense aussi que les recommandations de fouiller le personnel et les visiteurs peuvent contribuer à ralentir la circulation de drogues dans les prisons.

Penser que seuls les détenus font entrer de la drogue au Centre de détention provisoire d’Edmonton est naïf, dit-elle. Les fouilles aléatoires peuvent aider à en trouver.

Selon Amanda Hart-Dowhun, une personne prête à faire passer de la drogue peut le faire tous les jours sans ces fouilles.

Si on ne fouille personne, on ne prendra personne, ajoute-t-elle.

L’avocate précise toutefois qu’il faut aussi tenir compte de la question de la vie privée. Elle pense que l'adoption des mêmes méthodes de fouille que celles des avocats lors de leurs visites dans des établissements correctionnels fédéraux constituerait une approche moins intrusive.

Cela permettrait d’établir un équilibre entre protection de la vie privée et sécurité.

Avec des informations de Paige Parsons

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !