•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford confirme son soutien envers Stephen Lecce

Doug Ford avec un masque devant Stephen Lecce.

L'ancien ministre de l'Éducation de l'Ontario, Stephen Lecce, est au cœur d'une polémique après la révélation de sa participation à une collecte de fonds dans un cadre universitaire dite « vente aux enchères d'esclaves ».

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Radio-Canada

Le premier ministre Doug Ford a assuré jeudi son soutien indéfectible au candidat progressiste-conservateur et figure de proue du gouvernement sortant Stephen Lecce, qui s’est excusé après la révélation de sa participation à une « vente aux enchères d’esclaves » en 2006.

Doug Ford, qui a reçu des demandes pour remplacer le ministre sortant de l’Éducation dans la course pour la circonscription de King-Vaughan, dit que ce dernier a reconnu que son comportement était inapproprié.

Stephen, il sait que c'était inapproprié. Et il s'est excusé d'avoir assisté à cet événement alors qu’il était adolescent, a déclaré Ford lors de l'arrêt de sa campagne à Kitchener.

M. Lecce, a été un ardent défenseur de la lutte contre le racisme dans les écoles et il a tout mon soutien.

PressProgress, un média fondé et financé par l'Institut Broadbent, a publié un article mardi soir alléguant que Lecce, alors étudiant à l'Université Western, avait participé à un événement baptisé vente aux enchères d'esclaves à la fraternité Sigma Chi en 2006.

Il s’agissait d’une vente aux enchères tournée en farce dans laquelle les enchérisseurs gagnants obtiennent les services d’un membre du club pour un temps donné.

Bannière promotionnelle de notre dossier sur les élections 2022 en Ontario.

Stephen Lecce a présenté des excuses sans réserve dans un communiqué diffusé mercredi et s’est engagé à promouvoir les intérêts de tous les Ontariens, indépendamment de leur religion, de leur héritage culturel, de leur orientation ou de leur origine.

L'événement de 2006 était inapproprié et ne reflète en rien qui je suis en tant que personne, a assuré M. Lecce dans sa déclaration.

Se moquer des esclaves n'est pas acceptable

Trois candidats noirs du NPD ont soutenu dans une déclaration commune que l'esclavage n'est pas une blague et ont appelé Ford à retirer son candidat progressiste-conservateur aux élections dans la circonscription de King-Vaughan.

Mitzie Hunter, une candidate libérale noire dans Scarborough-Guildwood, a fait remarquer jeudi que lorsque Stephen Lecce était ministre de l'Éducation, le gouvernement Ford avait supprimé un préambule au programme de mathématiques qui reconnaît les impacts du colonialisme.

Et juste à travers une critique qui est venue d’un partisan du PPC [Parti progressiste-conservateur de l’Ontario] au Toronto Sun, le mot "colonialisme" a été effacé de ce préambule du programme. Et c'était M. Lecce qui présidait à cette décision, a-t-elle expliqué.

Mitzie Hunter devant des affiches de sa campagne électorale.

Mitzie Hunter est députée provinciale de Scarborough-Guildwood depuis 2013. (Archives)

Photo : CBC

Selon elle, des éducateurs et des membres de la communauté noire ont remis en question le leadership de Stephen Lecce. Elle a ajouté que le système éducatif doit être inclusif et veiller à ce que chaque élève se sente en sécurité et à sa place.

Banaliser, se moquer, plaisanter sur le [commerce] transatlantique des esclaves n'est pas acceptable, a-t-elle souligné.

Ce fut une expérience horrible pour les Noirs canadiens et les Noirs d'Amérique du Nord. Et c'est encore le cas aujourd'hui. Et donc [cette histoire] a été révélée et je crois qu'il faut y remédier.

La Fédération des enseignantes et des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEEO) a déclaré que les actions de Lecce soulevaient de sérieuses inquiétudes quant à sa compréhension du racisme et à sa capacité à servir les élèves, les familles et le personnel qui sont noirs.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !