•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un acquittement impossible, le juge donne ses directives au procès de Carl Girouard

Un dessin qui représente Carl Girouard.

Carl Girouard lors de son procès (archives)

Photo : Radio-Canada / ILLUSTRATION HBÉ

Le juge a commencé jeudi à donner ses directives aux jurés chargés de décider du sort de l'auteur des attaques au sabre dans le Vieux-Québec.

Vous n'avez de compte à rendre à personne, a insisté le juge Richard Grenier, rappelant aux membres du jury que leurs délibérations doivent rester confidentielles.

Le magistrat a expliqué que l'état d'esprit de l'accusé, le soir de l'Halloween 2020, est primordial.

Carl Girouard fait face à deux accusations de meurtre au 1er degré et à 5 autres de tentative de meurtre.

Il a présenté une défense de non-responsabilité criminelle, en raison de troubles mentaux.

Pas d'acquittement

Il n'y a pas de place à un acquittement, puisque l'accusé admet avoir commis les gestes, a indiqué le juge Grenier.

Les témoignages des experts revêtent donc une grande importance dans cette cause qui repose sur l'état mental de l'accusé, âgé de 26 ans.

Le psychiatre de la défense, Gilles Chamberland, croit que Girouard n'était pas en mesure de différencier le bien du mal puisqu'il était en psychose en raison d'une schizophrénie non diagnostiquée.

Vêtu d'un complet, le psychiatre tient un cellulaire dans le palais de justice de Québec.

Gilles Chamberland a témoigné au procès de Carl Girouard (archives).

Photo : Radio-Canada

La poursuite croit le contraire, s'appuyant sur le témoignage du psychiatre Sylvain Faucher, qui estime que Girouard a accompli un geste d’éclat, témoignant de son ressentiment envers la société.

Le juge a invité les jurés à analyser les qualifications des experts et à évaluer l'objectivité de chacun.

Les deux hommes marchent dans le corridor du palais de justice.

Le psychiatre Sylvain Faucher et le neuropsychologue William Pothier au palais de justice de Québec (archives)

Photo : Radio-Canada

La question du doute raisonnable a également été abordée par le juge.

Elle deviendra importante si les jurés estiment que Girouard est criminellement responsable.

Le juge a indiqué que des verdicts d'homicide involontaire, de meurtre au 2e et au 1er degré seraient alors possibles.

Hors de tout doute

La poursuite doit avoir démontré hors de tout doute tous les éléments nécessaires pour en arriver à un verdict de culpabilité sur le chef d'accusation le plus lourd, celui de meurtre au 1er degré.

Le juge va aborder plus précisément cette question la semaine prochaine, alors que ses directives vont se poursuivre, lundi.

Le juge Grenier a décidé de scinder l'exercice, pour que les jurés puissent commencer à délibérer, à huis clos, à compter de la semaine prochaine.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.