•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Visite du nouveau centre de cancérologie « ultramoderne » du CHU de Québec

Une vue aérienne du centre intégré de cancérologie (CIC) sur le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

Le centre intégré de cancérologie (CIC) sur le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

Photo : CHU de Québec-Université Laval

Chargement de l’image

Le plus grand centre de cancérologie au Québec va accueillir ses premiers patients la semaine prochaine. Le complexe médical à la fine pointe de la technologie doit desservir tout l'est de la province.

Situé sur le site de l'Hôpital de l'Enfant-Jésus, le nouveau Centre intégré de cancérologie (CIC) offrira plusieurs services, dont la radio-oncologie, les consultations externes en cancérologie, la chimiothérapie et la recherche clinique, peut-on lire sur le site Internet du CHU de Québec.

Les préparatifs vont bon train pour le déménagement selon le CHU, les premiers patients sont attendus sur place dès le 17 mai.

Je me sens vraiment fébrile. Fébrile et sereine je vous dirais, s'enthousiasme Maria Gabriela Ruiz Mangas directrice de la cancérologie, CHU de Québec-Université Laval.

Avec ses imposantes fenêtres, son décor épuré, lumineux, ainsi que son toit végétalisé, on est bien loin des corridors exigus et des murs en béton qui caractérisent plusieurs édifices du système de santé québécois.

Ce choix architectural est volontaire, selon la Dre Isabelle Germain, directrice médicale du programme de cancérologie à l'Hôpital de l'Enfant-Jésus.

Ça permet aux patients que quand ils viennent aux traitements ils se sentent plus vivants, ils n'ont pas l'impression de "descendre dans la cave", d'avoir des traitements, de penser à la mort, de penser aux conséquences de leur cancer. Ils restent connectés avec la vie, explique-t-elle.

Chargement de l’image

Le nouveau Centre intégré de cancérologie (CIC) sera à la fine pointe de la technologie.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Bon nombre d'appareils médicaux de l'Hôtel-Dieu de Québec seront transférés au nouveau centre. Plusieurs nouveaux appareils à la fine pointe de la technologie ont aussi été ajoutés. Ces derniers vont permettre d'offrir des soins plus précis, des traitements du 21e siècle qu'on arrivait plus difficilement, où sinon à très petit volume à donner à l'Hôtel-Dieu de Québec, ajoute Isabelle Germain.

Un géant

À court terme, le CIC permettra de prendre en charge de 300 à 500 patients par jour.

Le CHU de Québec fonde de grands espoirs dans ce nouveau centre qui doit non seulement desservir les patients de l'Est de la province, mais aussi d'attirer plus de travailleurs, dans un contexte de pénurie de main-d'œuvre.

Le Centre intégré de cancérologie constitue un atout majeur en termes de recrutement et de fidélisation du personnel, explique Jean-Thomas Grantham, porte-parole du CHU de Québec.

Chargement de l’image

Le Centre intégré de cancérologie (CIC)

Photo : CHU de Québec-Université Laval

Il espère que les avantages du nouveau bâtiment : l'architecture lumineuse, la cour intérieure, les espaces de travail adaptés, l'accès à des douches et des espaces de repos, donneront envie aux soignants de venir y travailler.

Les besoins en oncologie risquent d'être en hausse au cours des prochaines années.

« Vous le savez le cancer malheureusement ça augmente. Un Canadien sur deux va avoir un diagnostic de cancer, puis avec ça vient aussi l'accès à ces traitements-là qui sont nécessaires. »

— Une citation de  Maria Gabriela Ruiz Mangas, directrice de la cancérologie au CHU de Québec-Université Laval

Échéancier

Le CIC a coûté 650 millions de dollars.

Il ne s'agit que la première étape du futur centre hospitaliser de l'Enfant-Jésus, qui doit être en activité en 2027. La facture initiale du projet de 1,96 milliard de dollars a dû être revue à la hausse à 2,24 milliards de dollars en raison de la pandémie et de la hausse des coûts des matériaux.

La majeure partie du personnel et des patients de l'Hôtel-Dieu de Québec y seront transférés d'ici 2027.

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale aura comme mandat de trouver une nouvelle vocation pour les locaux de l'Hôtel-Dieu, qui seront alors vacants.

Avec la collaboration de Pierre-Alexandre Bolduc et de Pascal Poinlane

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !