•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premiers cas de grippe aviaire dans l’île de Vancouver

Des poules dans un poulailler.

En Colombie-Britannique, les éleveurs comptant des exploitations de plus de 100 volailles doivent déplacer leurs oiseaux à l'intérieur jusqu'au 13 juin, au moins.

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Des oiseaux d’un petit élevage ont été déclarées positives à la grippe aviaire dans la vallée de Comox. Il s'agit de la première éclosion sur l'île de Vancouver, et de la septième en Colombie-Britannique depuis le début du mois d’avril.

L'Agence canadienne d'inspection des aliments indique dans un communiqué que le virus H5N1 a été détecté mardi dans un petit élevage de volaille du district régional de la vallée de Comox, sur la côte est de l'île de Vancouver.

Elle précise que l'élevage infecté a été placé en quarantaine et que le ministère de l'Agriculture a informé les producteurs situés dans un rayon de 12 kilomètres du résultat positif du test.

Il s'agit du septième élevage touché dans la province depuis le 13 avril dernier.

Selon l'agence sanitaire gouvernementale, la maladie se propage par contact avec des oiseaux sauvages migrateurs infectés.

Elle rappelle aux éleveurs qu'ils doivent minimiser les contacts entre les animaux et les humains et leur recommande de nettoyer et de changer régulièrement leurs vêtements et leurs chaussures avant et après avoir pénétré dans les zones de production.

Par ailleurs, la Colombie-Britannique a prolongé jusqu'au 13 juin l'ordre donné à tous les exploitants commerciaux de volailles qui ont plus de 100 oiseaux de les installer à l'intérieur.

Des cas de grippe aviaire ont été confirmés dans plusieurs autres provinces. Depuis 2021, la souche hautement pathogène H5N1 de la grippe aviaire a infecté plus de 1,7 million d'oiseaux au Canada.

Selon l'Agence canadienne d'inspection des aliments, aucune infection n'a été détectée chez les humains, et les autorités précisent que les risques de contamination des aliments et pour la santé publique sont très minces.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !