•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les vers blancs et les bêtes qui s’en délectent détruisent les pelouses du N.-B.

Pelouse endommagée.

Les pelouses comme celle-ci sont envahies de vers blancs, une collation délicieuse pour les ratons laveurs, marmottes, mouffettes et autres bêtes.

Photo : Radio-Canada / Nadia Gaudreau

Radio-Canada

« Qu’est-ce qui arrive à ma pelouse? »

Comme plusieurs Néo-Brunswickois, Kayla Stevens de Saint-Jean se demande pourquoi sa pelouse est sens dessus dessous.

Des sections sont retournées, le gazon est arraché, la terre exposée.

Le coupable? Un ver blanc, qui adore manger la racine du gazon et qui attire ratons laveurs, moufettes et autres bêtes qui se délectent de l’insecte.

Une main tient des vers.

Des vers blancs envahissent les pelouses du Nouveau-Brunswick et s'alimentent des racines d'herbe.

Photo : Radio-Canada / Rafferty Baker

Les vers blancs sont les larves de certains coléoptères, comme le hanneton et le scarabée.

Une année pire que les autres

Le ver blanc est un des ravageurs de pelouse le plus difficile à exterminer selon Santé Canada.

Leur présence cause un double problème. D’une part les larves s’alimentent de la racine du gazon et d’autre part, des animaux grattent le sol pour les manger.

Des experts en aménagement paysager remarquent que le problème est pire cette année.

Zachary Munn traite une pelouse envahie par les vers blancs.

Zachary Munn traite une pelouse envahie par les vers blancs.

Photo : Valley Plus Lawncare

Zachary Munn de l’entreprise Valley Plus Lawncare à Quispamsis n’a qu'à regarder un terrain pour savoir s’il y a des vers blancs. Ou même lever les yeux au ciel.

Parfois je regarde ce que les oiseaux font, explique-t-il.

S’il les voit plonger et repartir avec un morceau de pelouse, il sait qu’ils ont trouvé des vers.

« Et s’il y a en un, il y en a sûrement un millier. »

— Une citation de  Zachary Munn, propriétaire de l'entreprise Valley Plus Lawncare

Il observe que cette année est l’une des pires qu’ils aient jamais vues. Il trouve facilement 50 vers dans un pied carré de sol.

La météo a joué un rôle important dans la prolifération des bestioles.

Les hannetons pondent leurs oeufs à la fin juin et les jeunes larves commencent à manger les racines de gazon en l’espace de quelques semaines.

Un hanneton.

Les hannetons, ou «june bugs», pondent des oeufs au printemps et les larves mangent les racines d'herbe.

Photo : Shutterstock

Des mois de juillet et août assez secs peuvent tuer plusieurs oeufs, mais juillet a été particulièrement humide l’an dernier. Il ne manquait donc pas de vers et ceux-ci avaient pleinement de nourriture disponible jusqu’à l’automne, moment où les larves s’installent plus profondément dans le sol pour l’hiver.

Un hiver moins froid permet aussi aux larves de commencer à se nourrir tôt au printemps et d’alimenter ainsi le cycle.

Ils se reproduisent et chaque année, vous pouvez en avoir des milliers, qui deviennent des millions et puis des milliards. Il y a quelques années, j’ai vu le problème commencer sur un terrain dans un quartier et maintenant chaque pelouse du quartier a ce problème, ça se propage rapidement, souligne Zachary Munn.

Que faire?

Richard Blaquière de Quispamsis a vu sa pelouse se dégrader rapidement. Il a installé une caméra et il n’aura pas fallu longtemps avant qu’elle capte un raton laveur.

Un raton qui mange du gazon

Ils sont les plus efficaces, ils roulent la pelouse. C’est quand même incroyable de les observer, dit-il.

M. Blaquière n’a pas l'intention d’intervenir et préfère laisser la nature suivre son cours.

Ça fera moins de gazon à tondre, mentionne-t-il avec philosophie.

Ceux qui tiennent à une pelouse impeccable peuvent faire appel à une entreprise spécialisée. Zachary Munn explique que dans les cas les plus extrêmes, il aura parfois besoin d’arracher toute la pelouse, traiter le sol avec des produits chimiques ou biologiques et replanter ensuite les semences de gazon.

Santé Canada recommande de garder une pelouse en santé puisque cela lui permet de mieux affronter un insecte envahisseur. Il est possible d’aérer sa pelouse et de laisser l’herbe pousser de deux à trois pouces avant de la tondre puisque les hannetons préfèrent pondre sur du gazon plus court.

Laissez les résidus de tonte sur la pelouse, car la libération lente d'azote favorise la décomposition du chaume par les microorganismes, recommande-t-on.

D’après un reportage de Marie Sutherland de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !