•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une centaine de logements vacants à Sherbrooke, malgré une crise du logement

Sur un balcon est apposée une affiche déchirée de logement à louer.

Même si des milliards de dollars fédéraux sont investis en logement, il est toujours difficile de trouver un loyer abordable.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

La demande pour obtenir un logement social est longue à Sherbrooke, et pourtant, de nombreux appartements sont toujours vacants. L'Office municipal d'habitation n'arrive tout simplement plus à effectuer les travaux nécessaires pour qu'ils puissent être loués.

Ces logements sociaux vacants nécessitent plusieurs travaux, qui vont d'installation de nouvelles armoires à une rénovation complète de salle de bain, ou encore de murs à peindre. Cependant, les travaux doivent être réalisés par des entrepreneurs en construction, et la demande explose pour leurs services. Avec la pénurie de main-d'oeuvre et de matériaux qui s'est ajoutée pendant la pandémie, la liste de logements à rénover s'est passablement allongée.

Les employés de maintien de l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke ne suffisent plus, quant à eux, à la demande.

On est débordé, admet la directrice générale de l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke, Marie-Claude Bégin. On a 6 préposés à l'entretien, une équipe de conciergerie de 10 personnes. Par contre, ce sont aussi des personnes qui répondent aux demandes quotidiennes des locataires. Ce sont des personnes qui travaillent 24 h sur 24, 7 jours sur 7 en disponibilité, en appel d'urgence. La charge de travail est vraiment grande.

« Avec les effectifs qu'on a présentement, il faut penser une bonne période de deux ans pour remettre en disponibilité tous ces logements-là. »

— Une citation de  Marie-Claude Bégin, directrice générale de l'Office municipal d'habitation de Sherbrooke

À Sherbrooke, environ 1300 ménages sont en attente pour avoir un logement social, et une quarantaine d'entre eux n'ont toujours pas trouvé un logement pour le 1er juillet. L'Association des locataires craint que la crise du logement, qui a frappé durement en 2021, ne s'exacerbe davantage. Depuis trois ans, on double le problème à tous les ans. On s'attend qu'il y ait le double de gens à la rue par rapport à l'année passée, soutient le porte-parole de l'Association des locataires de Sherbrooke, Mario Mercier.

Davantage de soutien financier

La députée solidaire de Sherbrooke Christine Labrie s'est d'ailleurs insurgée mercredi devant l'Assemblée nationale contre le fait qu'une centaine de logements sociaux sont actuellement vides dans la municipalité, alors que celle-ci est en pleine crise du logement.

La députée Christine Labrie a interpellé la ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, pour demander que Québec mette en place du soutien financier d’urgence pour remettre en état le plus d’unités possible avant le 1er juillet.

Des logements, il en manque, et pendant ce temps-là, nous avons une centaine de logements vacants à Sherbrooke parce que nous ne sommes pas capables de les entretenir. Je refuse d'accepter ça, a déploré Christine Labrie.

« Six personnes pour entretenir 1700 logements. Pensez-vous que c’est raisonnable? Ils ne sont pas capables d’avoir un électricien ou un plombier avec le montant qu'ils reçoivent en financement. »

— Une citation de  Christine Labrie, députée de Sherbrooke
Christine Labrie s'apprête à prendre la parole à l'Assemblée nationale, en 2021.

La députée Christine Labrie demande de l'aide de Québec pour rendre ses logements disponibles.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

On vient d'investir 150 millions pour ajuster la hausse des coûts de matériaux de construction dans tous les projets des offices d'habitation. D’ailleurs, les offices d'habitation n’ont jamais eu la possibilité de signer des baux à l’avance pour réserver des logements , a répliqué pour sa part la ministre Laforest.

L'attachée de presse d'Andrée Laforest, Bénédicte Trottier, a également souligné, par communiqué, que l’Office municipal d’habitation de Sherbrooke a reçu 10 M$ pour effectuer des travaux de rénovation. Il faut maintenant que l’OMH planifie judicieusement l’utilisation de ces sommes et, en cas de besoin, la Société d’habitation du Québec est disponible pour les soutenir.

Christine Labrie rappelle que l'an dernier, une centaine de familles étaient à la rue le 1er juillet à Sherbrooke et craint,elle aussi, que la situation s'empire cette année.

Avec les informations de Marion Bérubé

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !