•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les Hells Angels auraient commencé leur « grand ménage du printemps »

Une scène de crime est délimitée. On voit derrière le ruban orange une couverture en aluminium qui recouvre le corps d'une personne assassinée.

La victime d’un assassinat commis mercredi après-midi à l’angle des boulevards Saint-Michel et Crémazie Est est Sébastien Giroux.

Photo : Radio-Canada / François Sauvé

Au moment où tous les regards sont tournés du côté des gangs de rue qui multiplient les fusillades dans la grande région de Montréal, Radio-Canada a appris que les motards criminels auraient commencé leur « grand ménage du printemps ».

C’est ce qu’a déclaré une source policière en faisant un lien avec deux crimes récemment commis dans la métropole.

Tout d'abord, l'assassinat de Stéphane Dupuis, abattu le 12 avril à l’entrée d’un lave-auto sur le boulevard Métropolitain.

Ensuite, le meurtre d'un homme de 36 ans, mercredi à 16 h 25, à l’angle des boulevards Saint-Michel et Crémazie Est. Selon les informations de Radio-Canada, la victime serait Sébastien Giroux.

Le trentenaire a été retrouvé inerte entre deux véhicules dans le stationnement d’un commerce. Il aurait reçu une balle au visage. Son décès a été constaté sur place.

Giroux était soupçonné par les policiers d’avoir des liens avec le tueur à gages Frédérick Silva, condamné à la prison à vie en février après avoir été reconnu coupable de trois homicides.

Sébastien Giroux devait revenir devant le tribunal pour recevoir sa sentence après avoir annoncé son intention de plaider coupable. Il avait été accusé en décembre dernier de complicité après le fait à la suite du meurtre de Daniel Armando Somoza-Gildea, présumément commis par Silva, a indiqué une autre source bien au fait du dossier.

Sébastien Giroux était également un proche de Jean-Richard Larivière, connu aussi sous le surnom de Race et membre en règle des Hells Angels, section de Montréal.

C’est une situation préoccupante. Tout le monde surveillait les gangs de rue avec leurs fusillades sauvages en public, mais il faut se rappeler que les organisations criminelles ont toutes leurs problèmes à régler, a commenté André Gélinas, ancien sergent-détective du SPVM au renseignement criminel. Pour lui, il n’est pas surprenant de voir les Hells Angels ouvrir le feu sur des personnes ciblées.

Ce qui le surprend concernant le meurtre de Sébastien Giroux, c’est le moment choisi en pleine heure de pointe au vu et au su de dizaines d’automobilistes pris dans la circulation à l’entrée de l’autoroute Métropolitaine.

Selon M. Gélinas, ce modus operandi représente un manque flagrant de respect pour la vie du public lorsque des coups de feu sont tirés en pleine rue.

L’histoire nous a appris avec la guerre des motards au milieu des années 90 que plus les organisations criminelles dépassent les bornes, plus le milieu politique augmente les budgets de la police en raison de la pression populaire qui ne cesse d’augmenter, a ajouté le policier à la retraite.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.